Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Gilles Demailly regrette la réaction "prématurée" d'Arnaud Montebourg dans le dossier Goodyear

Par

Alors que la direction de Goodyear annonçait mardi à l'issue d'un comité central extraordinaire qu'aucun repreneur n'était intéressé par l'usine d'Amiens, Gilles Demailly dénonce la responsabilité du groupe dans cet échec. Le maire d'Amiens considère également qu'Arnaud Montebourg est allé un peu vite en besogne en annonçant la fermeture de l'entreprise.

Gilles Demailly, maire d'Amiens
Gilles Demailly, maire d'Amiens © Maxppp

Alors que la direction de Goodyear a informé mardi les représentants du personnel au cours d'un comimté central d'entreprise à Rueil Malmaison que trois repreneurs intéressés par l'usine d'Amiens Nord n'avaient finalement pas donné suite, Gilles Demailly, le maire d'Amiens dénonce la responsabilité du fabricant de pneus . Il lui reproche "une casse de l'appareil de production", un "défaut d'investissements importants depuis 1982" et "aucun investissement du tout depuis 2002. Le maire d'Amiens n'y a va pas de main morte. Il constate aussi son "incapacité à gérer des relations sociales constructives " ainsi que le "non-respect des lois ce qui a entraîné des risques pour la santé des salariés ".

Publicité
Logo France Bleu
L'usine Goodyear d'Amiens-Nord © Maxppp

Le maire d'Amiens et les présidents des groupes de la majorité de gauche du conseil municipal regrettent la "réaction prématurée d'Arnaud Montebourg " qui dans son communiqué "acte, de fait, la fermeture de l'entreprise sans même attendre la décision du tribunal de Nanterre". Tribunal qui doit se prononcer lundi 3 juin sur le plan social.

loading

Ils demandent que l'enquête parlementaire réclamée par les deux députées Barbara Pompili et Pascale Boistard soit immédiatement lancée ainsi qu'un rendez-vous avec le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

1173 salariés sont menacés de licenciement.

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu