Grève à la SNCF : "Les candidats au Bac ne seront pas pénalisés" (Académie de Bordeaux)

Par Yves Maugue, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Pays Basque et France Bleu Périgord vendredi 13 juin 2014 à 15:22

Olivier Dugrip, le recteur de l'Académie de Bordeaux
Olivier Dugrip, le recteur de l'Académie de Bordeaux © Radio France

Alors que le mouvement de grève a été prolongé à la SNCF, c'est Olivier Dugrip, le recteur de l'Académie de Bordeaux, qui l'affirme. Des instructions ont déjà été données aux centres d'examen pour accueillir les candidats en retard lors des épreuves qui débutent lundi.

Les cheminots de la région ferroviaire Aquitaine–Poitou-Charentes ont reconduit leur mouvement de grève jusqu'au lundi 16 juin. Le recteur de l'Académie de Bordeaux rassure les candidats au baccalauréat et leurs parents, ils ne seront pas pénalisés, même en cas de trains supprimés.

Que pouvez-vous dire aux candidats et aux parents inquiets en raison du mouvement de grève des cheminots ?

Olivier Durgrip : Il faut que tout le monde soit serein. Nous avons déjà pris à la demande du ministre Benoît Hamon toutes les dispositions pour que les candidats ne soient pas pénalisés par les perturbations. Nous avons travaillé avec la direction régionale de la SNCF pour échanger des informations, avec les centres d'examen pour voir quels sont les sites et les élèves susceptibles d'être concernés par d'éventuelles difficultés. Nous avons donné aux chefs de centres d'examen des instructions pour l'accueil des candidats qui pourraient être retardés par la grève.

Comment cela se passera-t-il concrètement ?

Les élèves seront accueillis jusqu'à une heure après le commencement des épreuves. Ils pourront donc composer une heure de plus si cela est nécessaire. Tout est mis en oeuvre pour que ce soit techniquement possible, s'agissant de l'aménagement de la mise à disposition des salles, s'agissant de la présence de surveillants. En cas de besoin, nous recrutons même des surveillants supplémentaires. Donc les candidats ne doivent pas être inquiets. Pour autant, je les invite à prendre toutes les dispositions nécessaires pour arriver à l'heure si cela leur est possible.

Les candidats ne doivent pas être inquiets, que leur conseillez-vous pour ce dernier week-end de préparation ?

Moi, j'ai passé mon Bac en 1974. Cela s'était bien passé mais ça, on ne le sait qu'après. Avant, même si on a bien travaillé, il y a forcément un peu de stress. Je conseillerai donc aux candidats de ne surtout pas faire comme moi qui avais encore travaillé la veille mais plutôt de profiter de leur dimanche, d'aller prendre l'air, se détendre. Il va faire beau, c'est l'occasion de sortir afin d'arriver en pleine forme et détendu le jour de l'examen.

Partager sur :