Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hollande convoque le Parlement pour débattre d'une intervention en Syrie

mercredi 28 août 2013 à 12:41 Par Marina Cabiten, France Bleu

Le Parlement est convoqué mercredi 4 septembre. Une session extraordinaire, pour débattre d'une éventuelle intervention militaire de la France en Syrie. Après un massacre aux armes chimiques dont Bachar al-Assad est accusé, l'Occident se dirige vers une frappe contre le régime.

François Hollande reçoit Ahmad AL Assi Al Jarba, president de la Coalition nationale de l'opposition syrienne CNS. 24/7/13
François Hollande reçoit Ahmad AL Assi Al Jarba, president de la Coalition nationale de l'opposition syrienne CNS. 24/7/13 © Maxppp

La France doit-elle frapper militairement la Syrie ? Le Parlement est convoqué pour en débattre, le mercredi 4 septembre. Cette session extraordinaire s'inscrit dans un mouvement diplomatique enclenché par plusieurs pays, suite à l'attaque chimique que le président syrien Bachar al-Assad est accusé d'avoir orchestrée dans son pays.

Mercredi, un Conseil de défense a lieu à l'Elysée en présence de François Hollande, pour préparer la riposte. Le président de la République a déclaré la France "prête à punir ceux qui ont pris la décison infâme de gazer des innocents".

Dans la journée, un texte préparé par le Royaume-Uni sera présenté à l'ONU, un projet de résolution qui condamne le régime syrien et autorise des mesures pour protéger les civils. Les refus des alliés de Damas (Chine et Russie) devraient l'empêcher d'être adopté.