INFOGRAPHIE - Bouygues prêt à céder son réseau mobile à Free

Par Germain Arrigoni, France Bleu dimanche 9 mars 2014 à 16:57 Mis à jour le lundi 10 mars 2014 à 8:13

Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Telecom
Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Telecom © Maxppp

Bouygues Telecom pourrait céder son réseau de téléphonie mobile à son concurrent Free. Mais cet accord est conditionné au rachat de SFR par Bouygues. Un rachat qui pourrait être facilité par ce nouvel accord, a affirmé ce lundi matin le président de l'Autorité de la concurrence.

Le PDG de Bouygues a annoncé dans le Journal du Dimanche qu'il souhaitait revendre son réseau d'antennes à Free. Iliad, la maison mère de Free, a confirmé dans un communiqué qu'un accord de "négociations exclusives" avait été signé avec Bouygues.Le montant de "l'intégralité de notre réseau mobile pouvant aller jusqu'à 1,8 milliard d'euros" et il porte sur "15.000 antennes et un portefeuille de fréquences, dont une partie pour la 4G" , a expliqué Olivier Roussat à l'hebdomadaire.

Accord conditionné au rachat de SFR par Bouygues

"La cession n'interviendra que dans l'hypothèse où l'opération de rachat de SFR par Bouygues aboutit et que les autorisations nécessaires sont obtenues" , souligne Iliad dans un communiqué.Actuellement, quatre opérateurs se partagent le marché de la téléphonie mobile : Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free. Depuis cet été, SFR - fililale de Videndi - est à vendre. Et cette possible cession à Free permettrait à Bouguyes d'emporter la mise dans la bataille pour le rachat de SFR face à Numéricable. Un retour à un marché à trois opérateurs permettrait effectivement de régler les problèmes en matière de concurrence.

"Indéniablement, cet élément nouveau (...) est de nature à favoriser un examen peut-être plus rapide, et en tout cas plus simple, du dossier ", a expliqué ce lundi matin Bruno Lasserre, le président de l'Autorité de la concurrence. C'est cet organisme qui devra donner son aval au rachat de SFR par l'un ou l'autre des candidats à la reprise. 

Des changements à partir de 2015

Si tout se passe bien, les migrations de réseau et d'abonnés pourraient se dérouler "au cours de 2015" , a analysé le PDG de Bouygues. Cet accord "permet aussi de garantir l'emploi de l'ensemble de la filière télécom en France avec le maintien de trois réseaux" , a rassuré Olivier Roussat.

opérateurs téléphone - Aucun(e)
opérateurs téléphone

Partager sur :