Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

18 maires de Gironde et des Landes écrivent au Premier ministre pour conserver la gestion de leur forêt communale

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu Gascogne

Dix-huit maires girondins et landais refusent de céder la gestion de leurs forêts communales à l'Office National des Forêts (ONF). Ils ont signé ce lundi au Teich (Gironde) une lettre destinée au Premier ministre.

Les élus girondins et landais s'étaient donné rendez-vous au Teich ce lundi pour signer la lettre au Premier ministre.
Les élus girondins et landais s'étaient donné rendez-vous au Teich ce lundi pour signer la lettre au Premier ministre. © Radio France - Camille Huppenoire

Pour ces 18 maires de Gironde et des Landes, il y a une forme d'incompréhension. Tous considèrent que la gestion de leurs forêts communales -celles exploitées par la sylviculture- est bonne. "Nous avons du mal à comprendre comment l'Etat pourrait faire mieux aujourd'hui" déclare Nathalie Le Yondre, maire d'Audenge, à la tête de cette initiative des maires d'écrire au Premier ministre. "Nous la gérons bien, sur les principes du développement durable" ajoute François Deluga, maire du Teich. 

Nous n'acceptons pas que l'Etat fasse un racket - François Deluga, maire du Teich

Nathalie Le Yondre et François Deluga expliquent avoir été notifiés de la venue d'agents de l'ONF sur leurs communes, pour un "état des lieux" avant que la gestion ne change de main. Ils refusent cette procédure. La sylviculture rapporte aux communes, qui gèrent elles-mêmes leurs forêts et ainsi limitent les coûts. La gestion par l'ONF rajoute un intermédiaire, et donc un coût, "en nous obligeant à verser 13% de nos recettes à l'ONF" selon François Deluga. 

François Deluga, maire du Teich : "Il y a une volonté de l'Etat et de l'ONF de reprendre la main"

François Deluga dit être "un peu en colère" car il pensait que la décision du Conseil d'Etat du 21 décembre 2018, qui avait donné raison à la commune de Saint-Jean de Marsacq (Landes) contre l'ONF, ferait jurisprudence. Elle permettait à la commune de demander à avoir un Règlement Type de Gestion et, celui-ci approuvé, d'offrir les garanties d'une gestion durable. Nul besoin, alors, de passer sous le régime forestier de l'ONF. 

Nous ne voulons pas que la forêt soit exploitée par d'autres personnes - Elisabeth Etcheverria, maire de Bias

Outre plusieurs maires girondins (Andernos, Cestas, le Porge, Lège-Cap Ferret...), des élus des Landes se sont rendus au Teich ce lundi pour eux aussi signer la lettre destinée au Premier ministre. Elisabeth Etcheverria, maire de Bias, parle de la forêt comme d'un "patrimoine qui a été pendant des années, au niveau de la commune, quelque chose de très important (...) nous avons 600 hectares à Bias, nous voulons les conserver en gestion communale."

Elisabeth Etcheverria, maire de Bias : "Nous voulons absolument que ça reste au niveau de la commune"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess