Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Destinées à l'abattoir, 2.600 poules sauvées à Juigné-sur-Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

Elles étaient destinées à l'abattoir mais ces 2.600 poules pondeuses d'un élevage de Juigné-sur-Sarthe vont finalement pouvoir continuer à picorer. Vendues au prix de 2 € l'animal, elles ont toutes été adoptées par des particuliers grâce à l'association les Caquetteuses.

Ces poules pondeuses ont 18 mois, l'âge de la réforme.
Ces poules pondeuses ont 18 mois, l'âge de la réforme. © Radio France - Florence Gotschaux

Il n'aura fallu que quelques jours pour sauver les 2.600 poules d'un élevage de Juigné-sur-Sarthe. Alors qu'elles devaient partir à l'abattoir, ces poules pondeuses de l'élevage bio La Trudonière ont été adoptées suite à l'appel lancé par l'association Les Caquetteuses. Vendues au prix de 2 euros l'animal, ces poules rousses, âgées de 18 mois alors qu'elles peuvent vivre six ans en moyenne, finiront donc leur vie dans les jardins de particuliers. Les gens avaient jusqu'à jeudi pour les réserver mais elles sont parties bien avant. Il n'y en a plus aucune à vendre. 

Un succès qui étonne même Manon Dugas de l'association les Caquetteuses : "On ne comprend pas pourquoi il y autant de demandes actuellement. Nos trois téléphones portables n'arrêtent pas de sonner. On se dit "mais mince, les gens commandent tous des poules". Alors est-ce que c'est l'effet du confinement ? Comme dit mon conjoint "est-ce qu'il y a la guerre qui se prépare ?". On ne sait pas, c'est bizarre mais en tout cas on est content que les poules soient sauvées !".  

Une opération positive aussi pour les éleveurs

Cette démarche est bénéfique pour les poules mais aussi pour les éleveurs. Financièrement déjà puisqu'ils peuvent ainsi récupérer une somme plus importante que les quelques centimes le kilo proposés par les abattoirs. Et ensuite parce qu'ils sont "contents que, après avoir été dans leur exploitation pendant un an, les poules vont finir leur vie dans une famille plutôt qu'à la casserole", explique Manon Dugas. 

"Beaucoup d'éleveurs aiment leurs animaux et sont vraiment mal quand ils doivent les envoyer à l'abattoir. D'ailleurs, c'est une obligation pour eux. Ils n'ont pas le choix. C'est le système qui est fait comme ça et certains éleveurs font des nuits blanches pendant une semaine parce que le vide sanitaire arrive. Nous, on leur offre une solution"

Les poules rousses de Juigné-sur-Sarthe seront remises à leurs nouveaux propriétaires samedi. La somme récoltée sera reversée pour moitié à l'éleveuse et pour l'autre à l'association.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess