Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

24 communes supplémentaires en zone d'abattage préventif des canards dans les Pyrénées-Atlantiques

mercredi 8 mars 2017 à 11:01 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn et France Bleu Pays Basque

Le ministère de l'agriculture a placé 24 nouvelles communes des Pyrénées-Atlantiques en zone d'abattage préventif pour lutter contre la grippe aviaire.

Le ministère de l'agriculture a placé 24 autres communes des Pyrénées-Atlantiques en zone d'abattage préventif
Le ministère de l'agriculture a placé 24 autres communes des Pyrénées-Atlantiques en zone d'abattage préventif © Radio France - Axelle Labbé

L'arrêté a été publié au journal officiel ce mercredi matin : 24 nouvelles communes des Pyrénées-Atlantiques en zone d'abattage préventif pour lutter contre la grippe aviaire.

En Béarn, cela concerne 17 communes : Gurs, Sus, Sauvelade, Bugnein, Sauveterre-de-Béarn, Bastanès, Viellesegure, Charre, Nabas, Oraas, Autevielle-Saint-Martin-Bideren, Abitain, Athos-Aspis, Labastide-Villefranche, Lichos, Escos et Angous. Les 7 autres sont au Pays Basque : Moncayolle-Larrory-Mendibieu, Urt, Charritte-de-Bas, Arrast-Larrebieu, L'Hôpital-Saint-Blaise, Cheraute, et Aroue-Ithorots-Olhaiby.

Au total, 609 communes sont maintenant dans la zone sur les départements des Landes, du Gers des Hautes-Pyrénées de Haute-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques.

Selon la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, à ce jour, 22 foyers hautement pathogènes sont recensés dans le département, incluant les derniers foyers déclarés à Bugnein et Moncayolle-Larrory-Mendibieu. En outre, 5 foyers faiblement pathogènes et 3 foyers liées à la faune sauvage ont été diagnostiqués.

La préfecture rappelle que les éleveurs recevront d'ici la fin du mois une avance correspondant à 75 % de la valeur marchande des animaux abattus, et assure que 305 808 euros ont déjà été versés.