Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

25.000 noyers à terre sur l'appellation "Noix de Grenoble" après l'orage du 15 juin

-
Par , France Bleu Isère

Alors que de nouveaux noyers ont été couchés par le coup de vent de ce lundi 1er juillet, l'AOP Noix de Grenoble commence à affiner les comptes du 15 juin. Il faudra encore savoir, en terme de production, comment la grêle a touché des noix en formation.

Noyers abattus le 15 juin dernier sur l'Appellation d'origine protégée Noix de Grenoble
Noyers abattus le 15 juin dernier sur l'Appellation d'origine protégée Noix de Grenoble © Radio France - Laurent Gallien

Grenoble, France

Dans les noyeraies de l'appellation AOP Noix de Grenoble situées entre Grenoble et Valence l'heure est au nettoyage. Les arbres tombés le 15 juin dernier lors d'un violent épisode d'orage et de grêle dans ce secteur, sont petit à petit évacués. De gros tas sont constitués aux bord des routes qui seront ensuite broyés pour faire de plaquettes de chauffage. Le CING, Comité Interprofessionnel de la Noix de Grenoble a  effectué un comptage pour tenter d'estimer le plus possibles les dégâts. 

Son président Yves Borel fournis aujourd'hui le chiffre de "25 000 arbres sur l'appellation" qui en compte "environ 1 million". En sachant que l'orage et le coup de vent de lundi dernier ont encore couché des arbres dans le Grésivaudan (entre Grenoble et la Savoie) mais aussi à nouveau en aval de Grenoble dans le pays voironnais ainsi que dans le Royans en rive gauche de l'Isère.

Difficile par contre de dire aujourd'hui quel impact il y aura en terme de production parce que les conséquences de la grêle ne sont pas encore réellement connues. "Certains secteurs ont perdu 100% c'est sûr dit Yves Borel, mais d'autres sont à 50%".