Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

30% de fraude au bio dans les Alpes-Maritimes

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Du bio pas bio ! C'est le constat des autorités azuréennes, après de nombreux contrôles sur les marchés, dans les restaurants et les grandes surfaces depuis le début de l'année. 30% des produits examinés (fruits, légumes, huiles d'olive...) ne respectent pas les normes ou sont carrément des faux.

Une récolte de courgettes fleurs bio (image d'illustration)
Une récolte de courgettes fleurs bio (image d'illustration) © Maxppp - AltoPress / Maxppp

Alpes-Maritimes, France

30% de fraude au bio dans les Alpes-Maritimes. C'est une information France Bleu Azur. La Direction départementale de la protection des populations, rattachée à la préfecture, effectue régulièrement des contrôles pour vérifier que le bio que vous mangez est bien issu de l'agriculture biologique. Sur la vingtaine de visites effectuées depuis le début de l'année 2019, 30% des vendeurs et/ou producteurs se sont fait épingler pour fraude au bio. 

Des opérations surprise sur les marchés, dans les restaurants

Des agents de la DDPP font des visites "surprise" sur les marchés, dans les restaurants et les supermarchés de la Côte d'Azur. Les domaines viticoles bio ne sont pas épargnés. Autre méthode : le service de sécurité sanitaire et alimentation de la préfecture reçoit des signalements et se déplace pour vérifier les certificats bio des vendeurs. 

Dernier exemple en date cet été. Un primeur antibois a reçu une visite pour avoir écrit "bio" sur son ardoise alors que les fruits et légumes qu'il vendait présentaient des pesticides. "Nous lui avons demandé son certificat bio, il était falsifié," se souvient Pierre-Henri Bauer, le chef du service de sécurité sanitaire et alimentation à la préfecture des Alpes-Maritimes. 

Dans ce genre de situation, les autorités dressent un procès-verbal. Les cas de falsification peuvent aller jusqu'à l'instruction judiciaire "et le parquet peut requérir des peines d'emprisonnement," précise Pierre-Henri Bauer. 

Les règles d'or du bio

L'organisme de contrôle et de certification Ecocert est habilité à délivrer le tampon "bio." Un fruit ou un légume biologique doit provenir d'une terre qui n'utilise aucun pesticide et qui est convertie depuis au moins cinq ans. 

  • Les produits agricoles non-transformés comme par exemple les céréales, les légumes, les fruits, les fleurs d’ornement, le coton, le lait, les œufs, les animaux 
  • Les produits agricoles transformés destinés à l’alimentation humaine, tels le pain, les fromages, les plats cuisinés 
  • Les aliments destinés aux animaux. Par exemple, les tourteaux de soja 
  • Les semences et matériels de reproduction végétative.

L'agriculture bio connaît une forte expansion dans les Alpes-Maritimes. Notre département compte 234 fermes biologiques et 3.976 hectares de terres bio."De plus en plus d'agriculteurs veulent se convertir mais on aimerait un coup de pouce de l'État," souligne Michel Dessus, le président de la chambre d'agriculture des Alpes-Maritimes. 

Le magasin "Atipic Marché" de Fabron à Nice s'est converti au 100% bio il y a 3 ans.  - Radio France
Le magasin "Atipic Marché" de Fabron à Nice s'est converti au 100% bio il y a 3 ans. © Radio France - Pauline Renoir

Pas facile de trouver des terres disponibles à la conversion et de vivre du bio pour un agriculteur. La concurrence des grandes surfaces est rude. Et les démarches éthiques sont rares. Le magasin niçois "Atipic Marché" à Fabron s'est converti au 100% bio il y a trois ans, après avoir vendu du "conventionnel" pendant quarante ans. Un défi difficile à relever pour son propriétaire Michel Unzueta, mais dont il est fier aujourd'hui. Des radis de Carros, des blettes de Villeuneuve-Loubet. Chez lui, on achète bio et local ! _"Quand j'ai un paysan qui me propose de la courgette et qui m'annonce un prix je vais pas lui enlever trente ou cinquante centimes,"_assure-t-il. Au contraire des grands magasins." 

Repérer les bonnes et les mauvaises adresses

L'agence bio est un annuaire accessible à tous. Il permet  de connaître tous les professionnels du bio certifiés AB. Le logo vert que vous retrouvez dans tous les supermarchés. Le logo AB garantit la provenance biologique mais ne garantit pas la qualité nutritionnelle ni gustative. Le mieux reste encore de cuisiner soi-même ! 

Michel Unzueta est le patron du magasin 100% bio et indépendant "Atipic Marché" à Nice dans le quartier de Fabron - Radio France
Michel Unzueta est le patron du magasin 100% bio et indépendant "Atipic Marché" à Nice dans le quartier de Fabron © Radio France - Pauline Renoir
Le label "Ecocert" est un point de repère fiable pour acheter bio.  - Radio France
Le label "Ecocert" est un point de repère fiable pour acheter bio. © Radio France - Pauline Renoir
Choix de la station

France Bleu