Agriculture – Pêche

600 Landais rassemblés à Castlenau-Chalosse pour exhorter l'Etat à indemniser les éleveurs touchés par la grippe aviaire

Par Frédéric Denis, France Bleu Gascogne et France Bleu samedi 7 octobre 2017 à 20:38

Rassemblement de soutien aux éleveurs landais touchés par la grippe aviaire ce samedi à Castelnau-Chalosse. 600 personnes demandent à l'Etat d'indemniser toutes les pertes.
Rassemblement de soutien aux éleveurs landais touchés par la grippe aviaire ce samedi à Castelnau-Chalosse. 600 personnes demandent à l'Etat d'indemniser toutes les pertes. © Radio France - Frédéric Denis

Environ 600 Landais, dont une centaine d"élus, rassemblés ce samedi à Castelnau-Chalosse pour demander à l'Etat d'indemniser toutes les pertes des éleveurs landais de canards et de poulets touchés par la grippe aviaire. La filière avicole estime qu'il manque 30 millions d'euros. 6000 emplois en jeu.

Environ 600 personnes ont participé ce samedi matin sur la place du village de Castelnau-Chalosse (40) a un rassemblement de soutien aux éleveurs de canards et de poulets des Landes impactés par la grippe aviaire l'hiver dernier.

Parmi les manifestants, il y avait des représentants de la filière avicole des Landes, des acteurs de la filière, éleveurs, gaveurs, conserveurs etc. mais aussi une centaine de maires des Landes, de droite comme de gauche, avec leur écharpe tricolore sur la poitrine.

6000 emplois en jeu dans les Landes

Les participants ont demandé à l'Etat d'indemniser toutes les pertes des éleveurs et pas uniquement les pertes allant jusqu'au 29 mai, date de la reprise officielle de la production dans la filière avicole. Les syndicats agricoles des Landes et le CIFOG qui représente la filière foie gras, estiment qu'il manque entre 30 et 34 millions d'euros pour permettre à la filière de sortir la tête de l'eau. Les acteurs de la filière avicole estiment que 6000 emplois sont en jeu dans les Landes.

Les éleveurs de canards et de poulets présents ce samedi à Castelnau-Chalosse ont critiqué la gestion de la crise par l'Etat. Ils reprochent notamment au gouvernement de refuser d'octroyer les 30 millions d'euros nécessaires pour relever la filière avicole des Landes alors qu'il vient d'annoncer la suppression de l'ISF, l'Impôt de Solidarité sur la Fortune, qui va amputer les recettes de l'Etat de plusieurs milliards au bénéfices des plus riches.

Près de 200 exploitations agricoles sont tellement endettées à cause de la grippe aviaire dans les Landes que les banques ne veulent plus leur prêter d'argent. - Radio France
Près de 200 exploitations agricoles sont tellement endettées à cause de la grippe aviaire dans les Landes que les banques ne veulent plus leur prêter d'argent. © Radio France - Frédéric Denis

L'appel de la Chalosse

Le député socialiste des Landes, Boris Vallaud, a lancé au gouvernement ce qu'il a appelé l'appel de la Chalosse. Il a demandé au gouvernement d'entendre la souffrance mais aussi l'impatience et l'espérance des Landais impactés, de près ou de loin, par la grippe aviaire. "Il y a la parole de l'Etat, cette parole doit être tenue" a expliqué le député landais au micro de France Bleu Gascogne avant d'ajouter : "Je sens de la colère, de la désespérance. Les éleveurs ne veulent pas croire que le gouvernement ne tiendra pas les promesses que l'Etat a faites".

"Peut-être que le gouvernement pourrait reporter la suppression de l'ISF de deux jours, il trouverait l'argent pour indemniser les agriculteurs landais, c'est sûr" Boris Vallaud, député socialiste de la Chalosse

"De l'argent quand je regarde le projet de budget pour 2018 on sait en trouver, alors peut-être pas pour les agriculteurs", interpelle l'élu socialiste. "Ce qui est demandé en réalité ce sont des sommes extrêmement modiques par exemple par rapport à la suppression de l'ISF"

La filière avicole dans les Landes est aujourd'hui convalescente. Elle redémarre tout doucement. Certains éleveurs, viennent tout juste de recevoir des canetons, pour reprendre la production. Ils vont donc subir une année blanche, sans aucun revenu. Près de 200 éleveurs de canards ou de poulets, soit 15% des exploitations landaises sont tellement endettées aujourd'hui, que les banques ne veulent plus leur prêter d'argent. sauf que derrière un éleveur, il y a six à sept emplois induits estime la FDSEA des Landes pour qui il manque, en moyenne 17 000 à 20 000€ par exploitation de volailles, 30 000€ par exploitation de canards.

Jean-Michel Dulau élève et gave normalement 20 000 canards par an à Cazalis, près d'Hagetmau, mais son activité redémarre très doucement à cause du manque de canetons.

Concernant la partie aval de la filière avicole landaise (la transformation des canards et des poulets) même si aucune entreprise ne s'est séparé de salariés en CDI, elles n'ont pas renouvelé leur CDD. Le directeur territorial de Pole Emploi parle du plus grand plan social de l'histoire des Landes : deux pics d'inscription, en avril 2016 et en mars dernier soit près de 1500 personnes ont pointé au chômage, essentiellement à cause de la grippe aviaire.

Dans un communiqué publié vendredi, quatorze députés de la majorité présidentielle, élus de sept départements du Grand Sud-Ouest, ont exprimé leur soutien à la filière, et demandé au gouvernement un "plan de compensation complémentaire" pour les acteurs de la filière "pour les pertes liées à la reprise difficile du secteur après la fin du vide sanitaire".

Mi-septembre, sur France Bleu Gascogne, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a refusé de s'engager sur une nouvelle enveloppe pour indemniser les éleveurs landais touchés par la grippe aviaire.

600 personnes réunis à Castelnau-Chalosse pour soutenir les éleveurs landais en difficulté à cause de la grippe aviaire - Radio France
600 personnes réunis à Castelnau-Chalosse pour soutenir les éleveurs landais en difficulté à cause de la grippe aviaire © Radio France - Frédéric Denis