Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Haute-Loire : 7.000 rongeurs à l'abandon, l'éleveur suspecté de meurtre est en prison

vendredi 28 décembre 2018 à 19:11 Par Nerissa Hemani, France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

L'exploitation "Les rongeurs du Velay" à Lapte a fermé brutalement en novembre 2018. Le gérant, placé en détention provisoire, est suspecté du meurtre de sa compagne. L'urgence pour les associations ce vendredi 28 décembre, est de trouver un toit pour ces milliers d'animaux livrés à eux-mêmes.

Certains lapins ont contractés des maladies de peau à cause du manque de soins
Certains lapins ont contractés des maladies de peau à cause du manque de soins © Radio France - Nérissa Hémani

Haute-Loire, France

Dans une odeur pestilentielle, les cadavres d'animaux jonchent le sol, certains sont morts de faim, d'autres de maladies. Des cages sont surpeuplées. Arnold Lhomme fait des va-et-vient entre les hangars et les camions qui transporteront les cages des survivants. "On n'a pas pu compter les animaux tellement il y en a, c'est inimaginable" explique ce responsable des enquêtes pour "30 millions d'amis". Selon les premières estimations, il y aurait près de 7000 rongeurs.

Près de 900 cages sont contenues dans un seul hangar certaines sont surpeuplées.  - Radio France
Près de 900 cages sont contenues dans un seul hangar certaines sont surpeuplées. © Radio France - Nérissa Hémani

Depuis quelques semaines, l'élevage "Les rongeurs du Velay" est laissé à l'abandon. Les animaux étaient destinés à être vendus en animaleries. Le gérant est suspecté d'avoir tué sa femme le mois dernier. Elle a été retrouvée près du barrage de Lavalette. L'homme mis en examen est aujourd'hui détenu.

L'urgence : trouver un refuge

Pour ce sauvetage, une vingtaine d'associations sont venues de toutes la France et même d’Europe. "Assistance animaux" a récupéré 600 gerbilles. "Il va falloir faire un état des lieux de leur santé, les soigner et ensuite les acclimater à pouvoir vivre en extérieur ou dans des familles", explique Anne-Claire Chauvenc. 

Les animaux seront soignés puis envoyés dans des foyers dans toute la France.  - Radio France
Les animaux seront soignés puis envoyés dans des foyers dans toute la France. © Radio France - Nérissa Hémani

Malgré la mobilisation, les associations sont dépassées, la SPA de la Haute-Loire s'occupe pour le moment de les nourrir. Le responsable Christophe Fayard : "Ça me dépasse parce que je pensais pas qu'il y aurait autant d'animaux. On va voir comment on va tenir pour l'alimentaire,  il y a des décès tous les jours, on a envoyé des mails à toutes les associations et le but c'est de faire partir tout le monde."

Une vingtaines d'associations venues de toute la France sont mobilisées.  - Radio France
Une vingtaines d'associations venues de toute la France sont mobilisées. © Radio France - Nérissa Hémani

Faute de famille d’accueil, les animaux risquent d'être euthanasiés. "Le but c'est de récupérer les animaux dans les meilleures conditions. On ne pourra pas pousser les murs, si on ne peut pas prendre en charge ces animaux, il faudra les endormir", regrette Arnold Lhomme. 

La SPA de Haute-Loire situé Polignac se donne encore dix jours pour le sauvetage de l'élevage et appelle toute les associations de France à les rejoindre en Haute-Loire. La direction des services vétérinaires précise qu'avant la fermeture, il n'y avait aucun souci sanitaire, l’exploitation respectait les normes et les animaux étaient suivis. Aujourd'hui, il n'y aurait pas de risque d'épidémie.