Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À cause de la Covid-19, les prix de certaines viandes ont baissé pour les agriculteurs mayennais

-
Par , France Bleu Mayenne

2020 a été une année très difficile aussi pour l'agriculture mayennaise. La filière bovine est de plus en plus en difficulté à cause de la crise sanitaire. Le prix de certaines races de viandes a baissé. Exemple ce mardi chez Jean-Luc Lemaître, éleveur à Sainte-Suzanne.

Jean-Luc lemaître éleveur de Sainte-Suzanne
Jean-Luc lemaître éleveur de Sainte-Suzanne © Radio France - Martin Cotta

L'agriculteur possède 700 bêtes à Sainte-Suzanne (Mayenne). Pour sa viande tracée, labellisée Bœufs fermiers du Maine, le prix n'a pas bougé pendant la crise sanitaire. Jean-Luc Lemaître vend ses Blondes d'Aquitaine autour de 5 euros le kilo. En revanche pour les jeunes bovins, vendus en grande surface et généralement en steak hachés, les prix ont baissé.

Entre 20 et 30 centimes de baisse par kilo

"En Blonde, on est plutôt aux alentours de 4,20 euros le kilo. Là, c'est descendu en dessous des 4 euros même. Pour les Rouges des Prés, en jeune bovins, on est à 3,70 ou 3,80 euros. La normale c'est autour de 4€", explique Jean-Luc Lemaître. Les coups de productions ont flambé à cause de la crise sanitaire, mais aussi de la sécheresse. L'importation de viandes étrangères n'a rien arrangé. C'est malheureusement du classique : les prix sont tirés vers le bas.

"Certains pays sont dans le même cas que nous et cherchent à pénétrer le marché français pour nous concurrencer finalement. On veut nous importer de la viande qui arrive à l'autre bout du monde. Même avec les coûts de transports, elle arrive moins chère. Donc on se pose des questions", termine l'éleveur de Sainte-Suzanne. Les agriculteurs continueront à vendre certaines races à viandes moins chères tant que la crise sanitaire durera. Ils risquent de subir le marché encore quelques semaines.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess