Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

A Dijon, Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, défend l'agriculture biologique

lundi 1 octobre 2018 à 16:51 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Nathalie Loiseau était ce lundi à AgroSup à Dijon l'invitée d'un débat sur le thème de l'agriculture et de l'alimentation. Pendant plus d'une heure et demi, la ministre chargée des affaires européennes a répondu aux questions sur l'avenir de l'agriculture et défendu le modèle d'agriculture bio.

Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes aux côtés de François Patriat sénateur LREM de Côte-d'Or
Nathalie Loiseau, ministre des affaires européennes aux côtés de François Patriat sénateur LREM de Côte-d'Or © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

Accompagnée du Préfet de région Bernard Schmeltz, du sénateur LREM François Patriat et du directeur d'AgroSup François Roche-Bruyn, la ministre chargée des affaires européennes a annoncé qu'elle se battrait pour maintenir le budget de la PAC (Politique agricole commune) : " la proposition de certains pays de baisser de 15 % le budget de la PAC est inacceptable," annonce Nathalie Loiseau. 

"La France est contre une baisse du budget de la Politique agricole commune" -  Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes

"Actuellement, 21 des 25 pays de l'Union européenne sont contre. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y aura pas de politique migratoire au détriment des agriculteurs," ajoute la ministre. Ses propositions seront remises lors du prochain conseil européen au mois de décembre.  Rappelons que dans une Europe où vivent 460 millions de personnes, la PAC est le premier budget de l'Europe. La France en est aussi le premier bénéficiaire en terme de subventions. 

Nathalie Loiseau entourée du Préfet de région, Bernard Schmeltz, du directeur d'AgroSup et du sénateur de Côte-d'Or, François Patriat - Radio France
Nathalie Loiseau entourée du Préfet de région, Bernard Schmeltz, du directeur d'AgroSup et du sénateur de Côte-d'Or, François Patriat © Radio France - Stéphane Parry

"Il faut continuer à défendre les IGP" - Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes

Nathalie Loiseau a ensuite répondu aux questions du public et a pris connaissance de la consultation citoyenne sur l'agriculture et l'alimentation soumise à l'assemblée réunie dans l'amphithéâtre d'AgroSup. 

Dans l'amphithéâtre d'AgroSup, des représentants du monde agricole, des chefs d'entreprises, des élus, des membres de la société civile et des étudiants d'AgroSup - Radio France
Dans l'amphithéâtre d'AgroSup, des représentants du monde agricole, des chefs d'entreprises, des élus, des membres de la société civile et des étudiants d'AgroSup © Radio France - Stéphane Parry

A la question, qu'attendez-vous de l'Union européenne en matière d'agriculture, une majorité des personnes a répondu : 

  1. Permettre aux agriculteurs de vivre décemment de leur travail, 
  2. Inciter à des pratiques plus durables et responsables. 

Autre question : qu'attendez-vous de l'Union européenne en matière de sécurité alimentaire, une majorité de personnes a répondu :

  1. Réguler davantage voir interdire l'utilisation de produits chimiques 
  2. Améliorer la traçabilité des produits 

Interrogée sur les labels, Nathalie Loiseau a souligné les vertus des IGP (Indications géographiques protégées). Dans l'amphithéâtre, se trouvait un représentant des producteurs de Comté. L'occasion pour la ministre de défendre les IGP. Concernant l'agriculture biologique, Nathalie Loiseau est favorable à son développement : "pendant trop longtemps, on a appauvris les sols et donc les agriculteurs. Je suis pour une plus grande transparence sur l'origine et la qualité des produits," affirme la ministre des affaires européennes. 

En conclusion, Nathalie Loiseau a annoncé que le gouvernement allait débloquer un milliard d'euros pour la recherche en faveur des scientifiques qui travaillent dans l'agroalimentaire.