Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Héry, Bertrand Potherat produit de la moutarde, une culture peu répandue dans l'Yonne

-
Par , France Bleu Auxerre

Ils seraient une quarantaine d'agriculteurs à cultiver de la moutarde dans l'Yonne. Depuis quatre ans, Bertrand Potherat, agriculteur à Héry (Yonne), cultive cette plante dans le but de répondre à la chute du cours du colza. Mais il hésite à tout arrêter en 2021.

Bertrand Potherat, agriculteur à Héry (Yonne), a semé cette année 8,70 hectares de moutarde
Bertrand Potherat, agriculteur à Héry (Yonne), a semé cette année 8,70 hectares de moutarde © Radio France - Lucas Archassal

Il y a quatre ans, Bertrand Potherat, agriculteur dans l'Yonne à Héry, suit les conseils d'un ami et sème pour la première fois de la moutarde sur plus d'une vingtaine d'hectares. Comme lui, une quarantaine de cultivateurs icaunais produit cette plante bourguignonne, sur un total de 740 hectares dans le département. Mais les rendements sont aléatoires et soumis aux aléas climatiques.

De plus, la moutarde subit les ravages d'insectes et les agriculteurs n'ont plus l'autorisation de traiter au moment de semer mais doivent asperger une fois la plante en végétation. Un surcoût, selon l'agriculteur d'Héry. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"L'Association des producteurs de moutarde de Bourgogne nous motive à travailler"

« Je me suis mis à faire de la moutarde suite à la baisse des prix du colza, en dessous de 350 euros il y a un an. Et puis, l'intention aussi de travailler pour une filière plus courte, plus locale. La moutarde, c'est l'Association des producteurs de moutarde de Bourgogne. C'est juste à côté. » C'est ainsi que Bertrand Potherat s'est lancé dans l'aventure de la moutarde il y a quatre ans. Filière courte, rendements supérieurs à ceux du colza. L'opportunité de renouveler ses cultures était belle aussi pour l'agriculteur. 

Une quarantaine d'agriculteurs dans l'Yonne ont produit cette année de la moutarde. Certains comme Bertrand Potherat à Héry hésitent à cesser cette culture.

Et la première année où il s'est lancé dans la moutarde, « ça a été magnifique. J'ai fait de très bons rendements, ce qui m'a incité à continuer d'en faire. Et puis, hélas, la deuxième année, je me suis ramassé. » L'année d'après, il n'a donc pas renouvelé l'expérience. Avant de replanter 9 hectares cette année. « En effet, il faut essayer de sortir des cultures dites ordinaires et classiques, mais aujourd'hui, c'est loin d'être évident. »

"Il nous manque des moyens pour produire"

La production de moutarde en 2020 dans l'Yonne a été marquée par une infection d'insectes difficile à maîtriser, explique Bertrand Potherat.
La production de moutarde en 2020 dans l'Yonne a été marquée par une infection d'insectes difficile à maîtriser, explique Bertrand Potherat. © Radio France - Lucas Archassal

Une des raisons qui poussent Bertrand Potherat à revoir ses ambitions de produire d'autres types de culture comme la moutarde, ce sont par exemple les traitements. « En ce qui concerne la moutarde, c'est soit je continue, soit j'abandonne la production et laisse faire les Canadiens qui, eux, produisent de la moutarde avec des produits de traitement qui sont complètement interdits en Europe. » Ces traitements, ce sont les enrobages de semences, interdits depuis deux ans. « C'est tout de même dommage parce que c'est plus coûteux, donc ça demande du temps. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess