Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

A Limoges, des agriculteurs "déposent le bilan de la Ferme Bio Nouvelle-Aquitaine"

mercredi 12 septembre 2018 à 11:16 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Des agriculteurs bio de toute la région, et aussi du Centre, manifestent ce mercredi à Limoges pour dénoncer les retards dans le versement des aides par l'Etat. Retards de 2 à 3 ans !

Une ferme biologique en maraîchage (illustration)
Une ferme biologique en maraîchage (illustration) - PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Limoges, France

"On est face à un créancier qui n'honore pas ses dettes : l'Etat français", résume Jérôme Keller. Agriculture lui-même, il est aussi président délégué de la FRAB, la Fédération régionale des agriculteurs bio de Nouvelle-Aquitaine. Il répondait à 8h15 aux 3 questions d'Alain Ginestet sur France Bleu Limousin.

D'après Jérôme Keller, le retard peut aller de 2 à 3 ans, et représenter "_jusqu'à 50.000 euros pour ceux qui se convertissent_, voire 75.000" ! C'est d'autant plus handicapant que durant les premières années, il n'y a pas encore de label, et de la perte de rendement, explique-t-il. 

Accumulation de créances

Le problème concerne toutes les aides, pas seulement le bio. Mais il se trouve, souligne Jérôme Keller, que les agriculteurs bio en cumulent souvent plusieurs, "soit parce qu'ils se trouvent sur un biotope particulier, soit parce qu'ils élèvent une race menacée". Et donc, ils cumulent les retards de versement ! 

"L'Etat se désengage tout en visant un développement du bio !

Jérôme Keller souligne au passage un paradoxe. "On ne peut pas continuer à viser un développement fort de l'agriculture biologique, demandé par les consommateurs, avec un désengagement progressif de l'Etat sur le sujet !". Et l'agriculteur bio pousse la logique plus loin, estimant que ses pratiques "non-polluantes doivent être rémunérées par la société".