Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Valençay, les vignerons espèrent encore sauver leur récolte après le gel de début avril

-
Par , France Bleu Berry

La chaleur de ces jours-ci donne un peu d'espoir aux vignerons de Valençay, durement touchés par le gel du début du mois.

Francis Jourdain et Jean-François Roy ont subi le gel de ce début de mois d'avril
Francis Jourdain et Jean-François Roy ont subi le gel de ce début de mois d'avril © Radio France - Sarah Tuchscherer

Pour observer les dégâts causés par le gel de début avril dans ses vignes, le président du syndicat des vins de Valençay, Jean-François Roy, nous emmène à la sortie du village de Lye. Sur cette parcelle de gamay, les pertes sont de l'ordre de 90%. "Ici, il a fait jusqu'à -4,5 degrés", explique le vigneron qui a pourtant essayé de limiter les dégâts en allumant des bougies pour contrer le froid. Mais le système est relativement onéreux, il n'a pas pu protéger l'ensemble de ses terres.

L'espoir de nouveaux bourgeons

Jean-François Roy n'est pas abattu. Les rayons de soleil et la chaleur de ces derniers jours lui redonnent de l'espoir : "On attend le deuxième bourgeon ! On fera le bilan au moment des vendanges"

Son voisin, maire de Lye, également viticulteur, Francis Jourdain, est plus pessimiste. Selon lui, ce qui est perdu a désormais peu de chance d'être compensé. Les aides (un milliard d'euros au total) promises par le gouvernement lui semblent d'ores et déjà insuffisantes : "On doit avoir un million d'hectares de vignes en France. Si on y ajoute les vergers, le maraîchage et certaines cultures comme la betterave, les petits pois ou les féveroles qui ont gelé aussi, on ne compensera pas toutes les pertes".

Sur cette parcelle de gamay, la quasi-totalité des bourgeons a été anéantie
Sur cette parcelle de gamay, la quasi-totalité des bourgeons a été anéantie © Radio France - Sarah Tuchscherer
Choix de la station

À venir dansDanssecondess