Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Abricots des Baronnies : jusqu'à 85% de pertes sur la récolte à cause du gel

jeudi 26 avril 2018 à 3:43 Par Camille André, France Bleu Drôme Ardèche

Pour la deuxième année consécutive, le gel a décimé la production d'abricots dans le secteur des Baronnies (Drôme). Le syndicat des producteurs estime que la perte s'élève à 80 voire 85% de la récolte.

Des abricots ayant subi une gelée (image d'illustration).
Des abricots ayant subi une gelée (image d'illustration). © Maxppp - Dominique Quet

Drôme, France

Les deux vagues de gel qui ont frappé le secteur des Baronnies (Drôme), début mars, ont détruit 80 à 85% de la production d'abricots. Les cultivateurs se sont réunis cette semaine pour faire le bilan. Certains d'entre eux ont perdu la totalité de leur production. Les démarches sont lancées pour obtenir la reconnaissance de l'état de calamité agricole. C'est la deuxième année que les producteurs d'abricots des Baronnies sont durement touchés par les aléas climatiques.

Certains producteurs ont perdu 100% de leur récolte

"Toutes les exploitations des Baronnies sont touchées, et celles qui s'en tirent le mieux ont 70 à 75% de perte", explique Franck Bec, le président du syndicat des producteurs d'abricots des Baronnies. Cette année en effet, les vagues de gel se sont produites au moment de la floraison, une étape particulièrement sensible. "Des vergers qui produisent habituellement 10 à 20 tonnes à l'hectare produiront une ou deux tonnes seulement cette année", regrette ce producteur qui précise également que certaines exploitations ont perdu l'intégralité de leur récolte

C'est la deuxième année que le secteur des Baronnies est frappé de plein fouet par le gel. Les autorités ont déjà reconnu l'état de calamité naturelle sur le secteur pour l'année 2017, mais d'après le président du syndicat, les producteurs n'ont pas encore touché d'aide. "Nous leur avons demandé d'accélérer un peu les procédures, parce que devant ces deux années négatives, certaines exploitations pourraient se trouver en difficulté financière." Les démarches sont en cours pour faire reconnaître l'état de calamité agricole pour cette année également. 

Les producteurs d'abricots craignent surtout un impact sur le long terme : " C'est l'aspect commercial qui nous inquiète", explique Franck Bec. Le syndicat a officiellement lancé sa demande pour une reconnaissance en indication géographique protégée (IGP). Ils espèrent l'obtenir d'ici 2020. Cette IGP permettrait de promouvoir une qualité d'abricot spécifique au territoire des Baronnies. "On commence à exploiter notre nouveau cahier des charges, on a planté de nouvelles variétés qui ont un plus grand taux de sucre, des traitements minimum et on voulait commencer à les faire reconnaître à nos acheteurs. Mais avec ces calamités on a du mal à avoir assez de production pour pouvoir les promouvoir", regrette Franck Bec. 

Face à la concurrence de certains pays comme l'Espagne, les producteurs d'abricots des Baronnies craignent de perdre des parts de marché.