Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Accord commercial Europe-Canada : le souvenir de la vache folle resurgit chez les éleveurs bovins

-
Par , France Bleu Mayenne

C'est ce mercredi que l'Assemblée Nationale doit ratifier le traité commercial entre l'Europe et le Canada, le CETA. Conditions d'élevage, concurrence déloyale, cet accord est critiqué et combattu par les agriculteurs.

PHOTO ILLUSTRATION
PHOTO ILLUSTRATION - © Regis Cothias/FTV

Département Mayenne, France

Le CETA inquiète énormément les éleveurs bovins, notamment en Mayenne où ils sont nombreux. Ils craignent l'arrivée de viandes issues d'élevages nourris aux farines animales. Le souvenir de la vache folle resurgit explique Dominique Morin du syndicat agricole Confédération Paysanne en Mayenne : "les bovins là-bas sont nourris d'une façon qui ne serait pas autorisée en France. Au Canada, l'alimentation peut comprendre des farines animales, des antibiotiques. C'est une réglementation plus laxiste que chez nous. Il faut rappeler que lors de la crise de la vache folle en Europe, beaucoup d'aliments destinés aux bovins contenaient des farines animales. Le libre-échange permet de passer outre les conditions sanitaires en faisant venir de l'autre bout du monde des produits qui ne respectent pas ces conditions-là". 

L'Assemblée Nationale va donc se prononcer dans la journée ou dans la soirée sur le CETA. Deux des trois députés mayennais voteront contre sa ratification : le socialiste Guillaume Garot et le centriste Yannick Favennec. Ils s'opposent à ce traité pour des raisons économiques, environnementales et sanitaires. Ils estiment que le CETA met en péril toute une filière et fait courir un risque aux consommateurs. La "marcheuse" Géraldine Bannier n'a, elle, pas fait connaitre sa position.

►►Ecoutez le député mayennais Yannick Favennec. Il votera contre le CETA.

ECOUTEZ