Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Affaire Lactalis : "L'État n'a pas été défaillant", estime le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert

Par

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, s'est exprimé jeudi au sujet de l'affaire des laits en poudre pour bébés Lactalis, contaminés par des salmonelles, sur franceinfo. Il a défendu l'action de l'État.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert.
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert. © Maxppp - Leon Tanguy

"L'Etat n'a pas été défaillant, il y a eu des contrôles", a affirmé Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, ce jeudi sur franceinfo , interrogé sur l'affaire du lait infantile de Lactalis contaminé aux salmonelles. 

Publicité
Logo France Bleu

Stéphane Travert répond au Canard enchaîné

"Nos premières pensées vont aux familles, qui sont inquiètes pour la santé de leurs enfants qui ont utilisé ce lait infantile. Je pense aussi aux 350 salariés de l'usine", a d'abord déclaré le ministre.

Il a également répondu aux affirmations publiées dans le Canard enchaîné cette semaine. Selon le journal satirique, les services vétérinaires de la DDCSPP - la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations - auraient mal fait leur travail lors d'un contrôle dans l'usine de Craon en septembre, soit trois mois avant le début de l'affaire des laits en poudre contaminés. Lactalis avait détecté la présence de Salmonelle dans son usine de Craon dès le mois d'août, sur le carrelage et sur du matériel de nettoyage. Or les services de l'État n'ont rien trouvé lors de leur contrôle en septembre.

"L'usine de Craon, c'est un site très important, dans lequel il y a plusieurs usines" - Stéphane Travert

"L'État n'a pas été défaillant, il y a eu des contrôles. L'usine de Craon, c'est un site très important, dans lequel il y a plusieurs usines. Et les contrôles qui avaient été mis en place en septembre, un contrôle inopiné, comme cela se fait toujours, par les services vétérinaires, sous l'autorité du préfet, mais aussi de la DGCCRF, et du ministère de l'Agriculture, ont été faits sur un site qui ne correspond pas à l'endroit où est produit le lait infantile__", a explique le ministre de l'Agriculture.

De la salmonelle détectée dès le mois d'août

Lactalis explique que des contrôles internes, des auto-contrôles, ont révélé la présence de salmonelle en août (sur le carrelage de l'usine et sur du matériel de nettoyage, mais pas dans les chaînes de production). Les résultats de ces contrôles sont à la disposition du ministère de l'Agriculture, les audits sont publiés en permanence. "Vous ne les avez pas lu ?" a demandé le journaliste de franceinfo au ministre.

"Personne ne couvre personne" - Stéphane Travert

"Oui les audits sont disponibles en permanence, mais sur les contrôles qui ont été faits en septembre, ils n'ont pas été réalisés sur le site de transformation du lait infantile, ils ont été mis en place sur un atelier qui fabrique tout autre chose. Nous ne pouvions pas savoir. À partir du moment où on ne trouve rien, et bien on nous alerte sur rien", s'est justifié Stéphane Travert."Personne ne couvre personne. Il y a une enquête judiciaire__, il faudra déterminer les responsabilités de chacun". 

Opération séduction en Chine ?

Le ministre de l'Agriculture doit se rendre en Chine dans trois jours avec le Président. Or Lactalis exporte ses laits infantiles sur le marché chinois. 

"La confiance avec la Chine n'est pas entamée" - Stéphane Travert.

"Les Chinois ont été très surpris de la manière dont nous avons traité ce type de dossier, parce qu'__ils considèrent que la France fait particulièrement bien son travail sur la question sanitaire. La confiance n'est pas entamée__, et d'ailleurs, il y a d'autres entreprises qui fabriquent du lait infantile à destination de la Chine. C'est un partenaire avec qui nous avons de bonnes relations commerciales__. Nous allons effectuer ce voyage avec le Président, pour entamer de nouvelles coopérations, de nouveaux engagements bilatéraux entre la France et la Chine", a assuré Stéphane Travert.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu