Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

Ille-et-Vilaine : la préfecture lance son observatoire de l'agribashing

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

La préfecture d'Ille-et-Vilaine a détaillé ce jeudi 02 juillet son observatoire départemental de l'agribashing, en réaction aux actions et intrusions dans les exploitations agricoles. Une quinzaine de faits et d'infractions ont été recensés dans le département depuis le début de l'année.

Loic Guines, président de la chambre d'agriculture, et Michèle Kirry, préfète d'Ille-et-Vilaine
Loic Guines, président de la chambre d'agriculture, et Michèle Kirry, préfète d'Ille-et-Vilaine © Radio France - Maxime Bossonney

C'est sur l'exploitation du président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine, Loic Guines, à Saint-Marc-Sur-Couesnon, que la préfète Michèle Kirry a présenté les contours de l'observatoire départemental de l'agribashing, qui regroupera les services de l'Etat, les syndicats agricoles et les représentants du secteur agroalimentaire.

Depuis le début de l'année, en Ille-et-Vilaine, la préfecture a recensé une quinzaine d'infractions à l'encontre d'exploitants agricoles, allant du tag à l'intrusion. "Ce sont des actes inadmissibles" insiste Michèle Kirry, la préfète du département. Via un formulaire, les autorités vont pouvoir collecter des témoignages anonymes et des données afin de recenser ces actes, et les prévenir. Souvent ces faits sont passés sous silence, le but est donc également d'inciter les agriculteurs à porter plainte quand cela relève notamment du pénal. "On va pouvoir mesurer le phénomène et sécuriser les exploitations" explique la préfète. "Ce sont des faits qui visent les agriculteurs, parce que justement ils sont agriculteurs. Ils ont le droit de vivre en paix et nous feront tout pour mettre fin à ces incivilités" ajoute-t-elle.

Les associations environnementales écartées

Les associations environnementales regrettent toutefois de ne pas être conviées à cet observatoire. "Il n'y a aucun dialogue" s'insurge Marie-Pascale Deleume, vice-présidente de la Fédération Bretagne Nature Environnement fédérant plusieurs associations de protection de la nature bretonne. "La préfète met de l'huile sur le feu et monte les uns contre les autres" estime-t-elle. Elle regrette qu'il n'y ait pas de négociations et de discussions sur le sujet de l'agribashing."C'est le début d'un système répressif, dès qu'on va se mobiliser contre un projet on va être pisté" s'inquiète Marie-Pascale Deleume qui demande également la création d'un observatoire des mauvaises pratiques agricoles, et de "l'écolo-bashing".

Une pétition intitulée "je m'auto-dénonce comme critique du système agro-industriel" a été lancé en ligne en réaction à la création de cet observatoire de l'agribashing.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess