Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agribashing : dans l'Hérault, la filière dénonce la hausse des agressions dans les exploitations

-
Par , France Bleu Hérault

L'Etat s'engage à renforcer la sécurité dans les exploitations agricoles, victimes de vols de matériels et de plus en plus souvent d'attaques dirigées contre les agriculteurs. Une conséquence de "l'agribashing" ambiant selon la FDSEA 34.

Alors que le nombre de vols dans les exploitations recule dans l'Hérault, les cas d'agressions augmentent selon la FDSEA 34FDSEA
Alors que le nombre de vols dans les exploitations recule dans l'Hérault, les cas d'agressions augmentent selon la FDSEA 34FDSEA © Radio France - Marie Ciavatti

Il y a quelques années encore, les vols et les intrusions étaient les principales menaces visant la sécurité des exploitations agricoles. Il faut y ajouter aujourd'hui les attaques dirigées contre les paysans eux même, de plus en plus fréquentes si l'on en croit les syndicats et les autorités. La filière vient donc de signer une convention baptisée "Demeter" avec les forces de l'ordre pour améliorer leur protection, plus exactement pour "lutter contre les actes de délinquance commis contre le monde agricole qu'il s'agisse d'atteinte aux biens, aux personnes ou à la renommée".

Des vols en baisse dans l'Hérault

300 vols recensés en 2014 dans le département. 240 l'an dernier, c'est une baisse importante, de 20%, qui malheureusement n'a pas bénéficié au Mas des Pierres Blanches à Mauguio. Amélie Jourdan, jeune gérante de cette exploitation arboricole était habituée aux vols de fruits dans les champs. Cette fois les voleurs ont pénétré dans l'un de ses hangars où était entreposé le petit matériel : sécateurs électriques, disqueuses, tronçonneuses. Tout a disparu. 12.000 euros de préjudice. Le domaine va devoir réinvestir et prévoit d'installer une alarme. 

"Ils arrivent avec des caisses et des sacs et ramassent directement sur l'arbre". Amélie Jourdan, Mas des Pierres Blanches

Les voleurs ont forcé l'armature métallique de la fenêtre d'un hangar et sont repartis avec 12.000 euros de matériel - Radio France
Les voleurs ont forcé l'armature métallique de la fenêtre d'un hangar et sont repartis avec 12.000 euros de matériel © Radio France - Marie Ciavatti

Des gendarmes spécialisés 

Pour conseiller les domaines en matière de sécurité, la gendarmerie dispose d'une équipe dédiée. Quatre experts en "prévention technique de la malveillance", appuyés par une trentaine de référents dans le département. "Ils peuvent se déplacer dans les exploitations pour faire un audit, explique le général Lettermann, patron des gendarmes de l'Hérault. Ils indiquent les bonnes pratiques afin de prévenir de tels faits, comme pucer un véhicule coûteux, ou installer une caméra." 

Renforcer la sécurité des exploitations agricoles. Reportage

"Agribashing"

Si les vols reculent, un phénomène inquiète la filière. Des agressions verbales, parfois physiques de plus en plus fréquentes selon le FDSEA et dirigées contre les paysans. En cause : "l'agribashing" ambiant affirme Jérôme Despey, président de la chambre d'agriculture de l'Hérault. "On voit des intrusions dans les domaines, des menaces. Ce sont des voitures qui s'arrêtent au bord du champ, des gens qui crient "pollueurs", voire qui tentent de sortir l'agriculteur de son tracteur..." 

Un discours qui peut sembler alarmiste tant on ignore tout de l'ampleur de la chose. "Les agriculteurs ne portent pas plainte. Il faut qu'ils le fassent pour qu'on puisse commencer à recenser les faits" conclut J. Despey. 

Les agriculteurs victimes de "l'agribashing". Jérôme Despey, président de la chambre d'agriculteur de l'Hérault

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu