Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Agribashing : des « feux de la détresse » organisés ce jeudi soir dans la Somme par la FDSEA

-
Par , France Bleu Picardie

Le syndicat agricole organise deux manifestations pour dénoncer la montée de l’« agribashing ».

Jean-Louis Bouthors est membre de la FDSEA à Corbie
Jean-Louis Bouthors est membre de la FDSEA à Corbie © Radio France - Claudia Calmel

Ils vont organiser des « feux de la détresse » avec des palettes dans les campagnes pour protester contre les critiques dont ils se sentent victimes. Les agriculteurs de la FDSEA appellent au rassemblement, ce jeudi 19 septembre, pour dénoncer la montée de l’ «agribashing ». Deux manifestations sont prévues à 20h30 à Abbeville et à Villers-Bocage. 

« Il y a un climat d’hystérie qui se propage »

Le terme «agribashing» est de plus en plus utilisé. Il exprime le sentiment selon lequel les agriculteurs feraient l’objet d’un important dénigrement dans l’espace public, notamment dans les médias. Un ressenti partagé par Jean-Louis Bouthors, producteur de lait à Daours à l’est d’Amiens élu à la FDSEA de Corbie : « Depuis des années, on essaie de faire de notre mieux. On répond à la réglementation, mais on a toujours l’impression qu’on est montrés du doigt dès que quelque chose ne va pas. Actuellement, c’est les pesticides. Au le printemps, avec les pluies, on nous rend responsable des coulées de boue. Dès qu’il y a un problème, c’est pour nous. Il y a un climat d’hystérie qui se propage. » 

L’interview complète de Jean-Louis Bouthors est à réécouter ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu