Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Alain Rousset salue le protocole d'accord sur les bassines en Deux-Sèvres

mercredi 28 novembre 2018 à 18:00 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou

Le président de la Région Nouvelle-Aquitaine s'est exprimé dans le dossier des retenues d'eau sur le bassin de la Sèvre niortaise, dix jours après la réunion sur le protocole d'accord. Pour Alain Rousset, "le consensus n'est pas total mais il est extrêmement fort".

Alain Rousset, président de Nouvelle-Aquitaine était en visite à Capr'Inov ce mercredi
Alain Rousset, président de Nouvelle-Aquitaine était en visite à Capr'Inov ce mercredi © Radio France - Noémie Guillotin

Niort, France

En juin dernier, Alain Rousset, président de Nouvelle-Aquitaine, conditionnait la décision sur le financement de la Région au projet de bassines à un consensus. Aujourd'hui, "ce consensus n'est pas total mais il est extrêmement fort", a t-il déclaré en marge du salon Capr'Inov, à Niort. "Je félicite la préfète des Deux-Sèvres et le travail des ingénieurs". Les négociations -dont le collectif Bassines non merci a été exclu- ont abouti à un protocole d'accord prévoyant non plus 19 mais 16 retenues d'eau sur le bassin de la Sèvre niortaise et qui s'accompagne d'engagements des agriculteurs.

La Région se portera garante de l'autre agriculture que ce stockage d'eau permettra de faire

"On passe d'un système de prélèvement pour toutes les formes d'agriculture à des prélèvements réduits, publiquement contrôlés, en direction d'une autre agriculture : transition vers le bio, développement des circuits courts, ré-implantation des haies...", explique Alain Rousset. "Il y aura toujours des personnes qui seront totalement hostiles. Mais la Région se portera garante de l'autre agriculture que ce stockage d'eau permettra de faire".

La nouvelle étape dans le dossier des bassines est le 18 décembre. Le protocole d'accord pourrait alors être signé.