Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Alerte présumée à la fièvre charbonneuse en Moselle

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu
Langatte, France

La fièvre charbonneuse est-elle de retour en Moselle ? Selon la préfecture, un cas a été recensé sur un bovin ce vendredi dans un élevage de Langatte près de Sarrebourg. Le syndicat agricole FDSEA préfère parler être prudent et parle de soupçon.

La fièvre charbonneuse est de retour en Moselle
La fièvre charbonneuse est de retour en Moselle © Maxppp - PQR

La préfecture de Moselle joue la carte de la transparence. Elle annonce qu'un cas de fièvre charbonneuse - aussi appelé maladie du charbon - a été détecté ce vendredi dans un élevage bovin à Langatte (Moselle). Cette maladie se transmet par une bactérie provenant du sol, le troupeau a été placé en observation en attendant des mesures.

8 foyers détectés en 2016

La fièvre charbonneuse ne faisait plus parler d'elle en Moselle depuis l'été dernier. 8 foyers avaient été détectés autour de Sarrebourg et 32 bovins étaient morts. Une campagne de vaccination avait été lancée dans 15 communes, campagne efficace, mais la vaccination n'est pas obligatoire.

Dans le cas de ce vendredi à Langatte, l'éleveur avait refusé de vacciner ses bovins comme le déplore la préfecture de Moselle "suite au refus de l’éleveur, l’animal qui vient d’être contaminé n’avait pas été soumis à la vaccination alors qu’il pâturait sur une zone à risque". La préfecture explique que "cet épisode rappelle la nécessité pour les éleveurs des zones concernées historiquement par des cas de charbon, de vacciner les animaux avant la mise à l’herbe"

Des analyses sont en cours

Selon Gilles Becker, le secrétaire en Moselle pour le syndicat agricole de la FDSEA, il n'y a pour le moment aucun cas avéré de fièvre charbonneuse.
Selon lui, il est normal que la préfecture prennent les devants et anticipe tout éventuel cas. "C'est un spécimen qui est sous analyse aujourd'hui" tient t-il à préciser. "Et s'il y a bien contamination, les services vétérinaires ont largement de quoi traiter le problème". Le responsable syndicale précise qu'en aucun cas l'animal (ou les animaux) ne seront abattus, et que les injections de médicaments ne sont pas réalisés au hasard, "Dans un soucis de ne pas donner aux animaux inutilement ces substances".

Quelques questions (et réponses) autour de la fièvre charbonneuse

  • La fièvre charbonneuse c'est quoi ?

La fièvre charbonneuse est une maladie due à la bactérie Bacillus anthracis.Cette maladie affecte principalement les animaux mais peut également atteindre l’homme. La plupart des mammifères y sont sensibles, mais la fièvre charbonneuse affecte surtout les ruminants.

  • Quel est le mode de contamination des animaux ?

La forme de transmission la plus courante chez l’animal reste l’ingestion des spores (phase du cycle de vie) de la bactérie, qui peuvent germer en pénétrant le corps de l’animal et provoquer la maladie. La transmission entre animaux est très rare.

La faute est d'origine historique. Chaque village avait son charnier, tous les sols en sont remplis. Avec les fortes chaleurs, la terre se fissure, la bactérie se libère, et les animaux ont le nez juste au dessus, lorsqu'ils broutent."

Gilles Becker, secrétaire général du syndicat agricole de la FDSEA explique d'où provient cette bactérie.

  • Quel est le risque de contamination à l’homme ?

Le principal mode de contamination à l’homme est dû au contact ou à l’ingestion d’animaux infectés. Les derniers cas humains en France remontent à 2008. La transmission du charbon d'une personne à une autre est très peu probable.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess