Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Animaux sur les voies SNCF : les nouvelles technologies pourraient aider les agriculteurs côte-d'oriens

La chambre d'agriculture de Côte-d'Or vient de signer une convention avec SNCF réseau pour essayer de trouver des solutions au problème des animaux qui s'invitent sur les rails. Les nouvelles technologies pourraient apporter un début de réponse.

Un élevage le long des voies
Un élevage le long des voies © Maxppp - Christian Watier

Plus de 100 incidents impliquant des animaux sur les voies SNCF ont été recensés en 2020 en Bourgogne-Franche-Comté. Des incidents qui créent des retards au niveau des trains et un grand préjudice moral aux agriculteurs. Pour essayer de trouver des solutions, la chambre d'agriculture de Côte-d'Or vient de signer une convention avec SNCF réseau. Le président de la chambre d'agriculture Vincent Lavier explique que les nouvelles technologies pourraient apporter des réponses aux agriculteurs. 

La première phase de la convention prévoit que la SCNF et la chambre d'agriculture aillent effectuer des visites sur le réseau ferroviaire entre Dijon et Montbard puisque c'est le secteur où il y a le plus de prés au bord des rails. Les deux entités prendront ensuite contact avec les agriculteurs concernés : "il n'y a pas de risque zéro mais on peut essayer de diminuer ces risques" affirme Vincent Lavier. 

Parmi les solutions évoquées, il y a celles des nouvelles technologies. Des capteurs installés sur les barrières pourraient par exemple permettre aux agriculteurs de savoir en temps réel de savoir si une clôture proche des voies a été laissée ouverte par des promeneurs. Les agriculteurs qui ont déjà l'habitude de gérer les nouvelles technologies pour la météo ou la gestion du fourrage pourraient aussi installer "des capteurs sur les animaux, ce qui permettrait de savoir précisément dans quel secteur ils se trouvent" avance Vincent Lavier. 

Quid du coût de ces dispositifs ? Chaque chose en son temps répond le président de la chambre d'agriculture. Dans un premier temps, il s'agit déjà d'imaginer les solutions à mettre en place, ensuite seulement il faudra se poser la question des financements. Mais Vincent Lavier assure qu'il n'est "pas question de faire porter l'intégralité du coût sur les agriculteurs. Vu ce que les incidents coûtent chaque année à la SNCF, elle sera prête à mettre de l'argent sur la table." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess