Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Après l'épisode de gel, les élus de la région Auvergne-Rhône-Alpes viennent à la rencontre des agriculteurs

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Après l'épisode de gel du mois d'avril, beaucoup d'agriculteurs ont perdu leurs récoltes dans la Drôme provençale. Une situation qui dure depuis trois ans pour certains. Les élus du conseil régional se déplacent dans les vergers pour faire le point et trouver des solutions.

Les bougies, rares solutions pour lutter contre le gel
Les bougies, rares solutions pour lutter contre le gel © Radio France - Anne Oger

Saint-Sauveur-Gouvernet, France

"C'est la troisième années consécutives que mes abricotiers gèlent", raconte très inquiet Jean-Marc Philibert. Il est arboriculteur près de Saint-Sauveur-Gouvernert dans le sud de la Drôme. Là, il produit des fruits depuis 1975, mais il insiste : "je n'ai jamais vu ça". En quelques jours, Jean-Marc a perdu 80 % de sa production de fruits. Il faut dire que dans son exploitation, l'abricot représente 90% de la marchandise. 

Se diversifier pour survivre ?

Avec leur veste bleu "région Auvergne-Rhône-Alpes", les élus de la région débarquent dans cette exploitation. "Vous avez pensé à utiliser des bougies pour lutter contre le gel ? Ou des tours ?", questionne le Vice-Président Jean-Pierre Taite. Évidemment l'agriculteur acquiesce : "Nous avons épuisé le stock. Pendant huit nuits, nous avons du protéger un hectare. Alors la facture monte très vite".

Pour Jean-Pierre Taite, l'agriculteur doit surtout diversifier sa production, "Vous ne pouvez pas prendre le risque de tout perdre l'année prochaine aussi", un conseil qui agace un peu l'agriculteur : "On nous demande depuis des années d'être expert dans un domaine, puis aujourd'hui il faut diversifier les exploitations. J'avais des prunes avant. J'ai tout rasé. L'abricot j'y crois encore". 

Le Conseiller régional Claude Aurias et le Vice-Président du Conseil régional Jean Pierre Taite écoute attentivement les agriculteurs  - Radio France
Le Conseiller régional Claude Aurias et le Vice-Président du Conseil régional Jean Pierre Taite écoute attentivement les agriculteurs © Radio France - Nina Valette

Aucune solution financière 

Les élus se déplacent aussi pour expliquer la situation économique de la Région, "Ce n'est pas que l'on veut pas vous aider", explique Jean-Pierre Taite, "mais il y a eu des accords entre les présidents de Région et le Président de la République. On ne peut pas augmenter nos frais de fonctionnement de plus de 1,2% sinon on perd plus de 80 millions d'euros de dotation." Pour l'élu, c'est donc la fin de l'aide "sèche" : 

"Vous avez telle perte d'exploitation, je vous donne ça', c'est terminé" - Jean-Pierre Taite, vice-président du conseil régional, délégué à l'Agriculture

En revanche, le Vice-Président ne vient pas totalement les mains vides, "On a le projet de créer un gros fond, avec les assureurs, les banques, pour aider à investir. Que l'on ne soit pas seulement sur du curatif quand on a un problème comme cette année mais que l'on puisse faire un certain nombre d'avances de trésorerie remboursables".  Un projet qui ne verra pas le jour immédiatement. De son coté, Jean-Marc Philibert appréhende déjà une période de gel pour ses 30 hectares.