Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Après la canicule, les producteurs de liqueur de cassis inquiets mais pas abattus

-
Par , France Bleu Bourgogne

La canicule du mois de juin a causé la perte d'environ 50% de la récolte de cassis français selon les premières estimations. Les liquoristes qui produisent la fameuse crème doutent de leur capacité à répondre à l'ensemble de la demande.

Beaucoup de fruits ont soufferts de la canicule
Beaucoup de fruits ont soufferts de la canicule © Radio France - Thomas Nougaillon

Côte-d'Or, France

La canicule de la fin du mois de juin a été dramatique pour la récolte du cassis. En 15 ans à la société Védrenne à Nuits-Saint-Georges, Catherine Grand n'avait jamais vu ça : "on se retrouve avec moins de volumes que ce qu'on aurait dû avoir." Conséquence, "c'est difficile de savoir si on va être capable de produire toutes nos crèmes", s'inquiète la directrice industrielle de l'entreprise. 

Un constat partagé par les fabricants de cassis de Dijon. "Pourtant, la récolte s'annonçait bonne", selon le président du syndicat François Battault, également à la tête de la maison Gabriel Boudier. "On devrait pouvoir répondre à 80% de la demande. C'est plutôt rassurant, mais nous ne sommes plus en situation de conquête de marché."

Le goût toujours au rendez-vous

Moins de quantité donc, mais la qualité sera toujours au rendez-vous selon François Battault : "ce qui a souffert de la chaleur est tombé par terre. On ne le retrouvera pas dans nos bouteilles."

Les prix, eux, ne devraient pas trop bouger. Ils sont encadrés par l'Association interprofessionnelle des fruits et légumes transformés.