Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Ardèche : la forêt en soins intensifs

jeudi 12 novembre 2015 à 6:00 Par Germain Treille, France Bleu Drôme Ardèche

C'est une première dans le département et dans la région Rhône-Alpes. Des propriétaires forestiers privés viennent de se regrouper afin d'améliorer la gestion de leurs domaines.

Les Vans, France

Ce regroupement est inscrit dans la loi d'avenir pour l'agriculture. De quoi s'agit-il ? 

Alors il fallait bien lui trouver un nom à ce dispositif innovant, acronyme un peu lourdaud, ça s'appelle le GIEEF,  groupement d'intérêt économique et environnemental forestier. En résumé, les propriétaires forestiers pourront faire appel à un gestionnaire commun et vendre leurs bois, s'ils le souhaitent, par voie contractuelle.

Où se situe le premier groupement ardéchois ?

Dans la région des Vans. Ils sont 92 propriétaires à avoir accepté d'entrer dans la danse. Les parcelles concernées ici relèvent de l'attachement familial, patrimonial, elles se transmettent de génération en génération, elles sont plutôt petites, 10-15 hectares. Des châtaigniers, des pins maritimes. Chacun dans son coin, la gestion est finalement impossible. La plupart des propriétaires, moyenne d'âge 63 ans, ne sont pas des professionnels. Conséquence : la forêt se dégrade.

Et ça donne quoi comme résultat dans ce coin de l'Ardèche ?

Dans une zone touristique comme celle-ci, voir des paysages dénudés à cause de coupes d'arbres massives, voir des arbres tordus, à terre, des branches qui poussent de tout côté, ce n'est pas très joli, agréable. Et en plus ça peut malheureusement favoriser les incendies.

Ce groupement va-t-il permettre de changer la donne ?

Oui probablement. Au total, ce sont 1400 hectares qui sont désormais labellisés GIEEF. Un plan de gestion a déjà été élaboré pour les 20 prochaines années. Des travaux vont être effectués sur quelques centaines d'hectares dans un premier temps. Des coupes régulières et raisonnées, la création de pistes, il y a encore énormément de parcelles privées ardéchoises inaccessibles. Et bien-sûr, tout le monde s'y retrouve. Du bois valorisé, ça va intéresser une filière qui emploie 1750 personnes en Ardèche.
**

**

Voilà pour l'intérêt économique, quel est, ici, l'intérêt environnemental ?

La biodiversité, c'est le crédo de ce groupement. Les arbres les plus anciens vont être conservés pour servir de refuge pour chauve-souris. Des actions pour préserver la faune et la flore sont programmées. Et des pins noirs de Salzman, autrefois très répandus, seront bientôt replantés dans les Cévennes.

D'autres initiatives de ce type vont-elles voir le jour en Ardèche ?

D'autres initiatives de ce type vont-elles voir le jour en Ardèche ?Peut-être et c'est d'ailleurs la mission que se fixe le centre de la propriété forestière, un organisme chargé de developper la gestion du bois. Ses équipes vont entrer en contact avec les 40 mille propriétaires du département. L' Ardèche possède  300 mille hectares de forêt, 90% sur des domaines privés.