Agriculture – Pêche

Arrêt des actions des producteurs de lait à Sainte-Cécile comme ailleurs en France

Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin mardi 30 août 2016 à 15:08

L'usine Lactalis de Sainte-Cécile faisait partie des sites visés par les éleveurs depuis lundi
L'usine Lactalis de Sainte-Cécile faisait partie des sites visés par les éleveurs depuis lundi © Radio France

Un accord sur le prix du lait a été trouvé avec le groupe Lactalis ce mardi matin. Les producteurs de lait de la Manche, comme leurs collègues en France, stoppent donc leurs actions devant les usines du géant laitier, comme celle de Sainte-Cécile près de Villedieu-les-Poêles.

Dans la Manche les éleveurs laitiers avaient organisé un sit in et un filtrage à l'entrée de l'usine Lactalis de Sainte-Cécile, près de Villedieu-les-Poêles depuis lundi après-midi pour faire pression sur le groupe laitier.

Un accord avec l'entreprise a été trouvé sur une rémunération de producteur de lait d'ici à la fin de l'année qui est de 290 euros de moyenne les 1.000 litres. Le prix d'achat de Lactalis était de 256,90 euros en juillet, l'un des prix les plus bas du marché.

"Cette revalorisation ne suffira pas"

Sébastien Amand, le président de la FDSEA dans la Manche et vice-président de l'Organisation de producteurs Normandie Centre, s'est dit satisfait de cet accord "mûrement travaillé et réfléchi " tout en relativisant

"Évidemment cette revalorisation du prix ne suffira pas à combler les problématiques financières et les déficits qu'il y a dans les exploitations. L'ensemble de la filière laitière doit maintenant prendre en considération cet accord."  Sébastien Amand, FDSEA de la Manche

Le syndicat agricole tient désormais à rencontrer le patron de Lactalis pour parler de l'avenir et de la mise en place d'outils de régulation des marchés.

Plan de régulation de la production

Selon le porte parole de Lactalis , Michel Nalet "le prix du lait négocié par le groupe Lactalis pour les prochains mois est largement supérieur à son environnement économique et à ses principaux concurrents coopératifs, dont la répartition d'activités est proche de la nôtre".

Les professionnels du secteur laitier attendent maintenant les annonces du gouvernement sur le plan de régulation de la production française. Plan demandé par la Commission européenne en juillet, en contrepartie de nouvelles aides financières.

Partager sur :