Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

[VIDEO] "Au Nom de la Terre" : une première projection du film bouleversante pour les agriculteurs mayennais

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Une projection du film "Au Nom de la Terre" avait lieu vendredi soir en présence d'agriculteurs, dans la ferme mayennaise où le tournage s'est déroulé. L'histoire du père du réalisateur, qui s'est donné la mort en 1999, est selon eux toujours d'actualité 20 ans après.

Une projection du film Au Nom de la Terre a eu lieu dans la ferme du tournage, à Saint-Pierre-sur-Orthe
Une projection du film Au Nom de la Terre a eu lieu dans la ferme du tournage, à Saint-Pierre-sur-Orthe © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Saint-Pierre-sur-Orthe, France

Un agriculteur se suicide tous les deux jours en France : c'est à partir de cette réalité et de son histoire personnelle qu'Edouard Bergeon a réalisé "Au Nom de la Terre", avec Guillaume Canet dans le rôle principal. L'histoire de son père agriculteur pris à la gorge financièrement, et qui se bat pour sauver son exploitation.

Avant les classiques avant-premières ouvertes au public ce samedi, l'équipe du film a tenu à organiser une projection dans la ferme où le tournage s'est déroulé, à Saint-Pierre-sur-Orthe, à la limite de la Mayenne et de la Sarthe. "J'ai déjà vu le film plein de fois, mais cette fois, il y a une certaine émotion", lance le réalisateur la gorge serrée. 250 personnes, dont un gros tiers venu du monde agricole, ont répondu présentes.

Un suicide d'agriculteurs tous les deux jours

De longs applaudissements et un public debout pendant le générique de fin. Pendant 1h45, Philippe Chesneau de Solidarité Paysan en Mayenne a vu sur grand écran ce qu'il constate dans les exploitations. "C'est le quotidien des familles dans la difficulté, on le voit malheureusement de la même façon quand on les accompagne, raconte-t-il. On s'aperçoit dans le film qu'il n'y a pas cet accompagnement pour épauler les agriculteurs et leurs proches".

Les difficultés sont peut-être différentes aujourd'hui, mais il y a toujours des dépressions et du burn-out.

Christine, qui a une exploitation à Jublains, a les larmes aux yeux. Un film sur le suicide chez les agriculteurs, "ça remue, souffle-t-elle,on en a perdu un dans la commune il y a trois mois". "On ne sort pas indemne d'un film comme ça", acquiesce Philippe Chesneau. Les dettes, le regard des autres... Quand les difficultés apparaissent, on s'isole. On se dit qu'on peut faire encore plein de choses pour éviter des drames"

"C'est relativement dur ce film, ajoute Joël. Le banquier, les soucis qui arrivent au moment où il ne faut pas... Ce film me parle évidemment. C'est un milieu où on ne parle pas de nos problèmes car on veut y arriver". Après 30 ans à élever des vaches laitières, il a fini par laisser l'agriculture derrière lui. "C'est important de montrer tout ça, conclut Fabrice, un éleveur d'escargots. J'espère que ça _permettra à des gens qui ne sont pas agriculteurs de toucher cette réalité_".

Après avoir accueilli le tournage, la ferme de Valérie et Vincent Barré a été transformée en salle de cinéma éphémère - Radio France
Après avoir accueilli le tournage, la ferme de Valérie et Vincent Barré a été transformée en salle de cinéma éphémère © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu