Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au Pays basque, les vignes d'Irouléguy aussi impactées par le gel

-
Par , France Bleu Pays Basque

Après le coup de froid de mercredi et jeudi matin, les viticulteurs spécialisés dans l'Irouléguy aussi ont dû faire l'amer constat de dégâts liés au gel. Selon la Cave d'Irouléguy entre 30 et 80% de bourgeons touchés en fonction des parcelles.

En moyenne, c'est environ 50% de dégât visuel sur les bourgeons pour Ximun Bergouignan, viticulteur à Saint-Etienne-de-Baigorry
En moyenne, c'est environ 50% de dégât visuel sur les bourgeons pour Ximun Bergouignan, viticulteur à Saint-Etienne-de-Baigorry © Radio France - Anthony Michel

Le Pays basque n'a pas été épargné par la baisse des températures. Dans les nuits de mardi à mercredi, et de mercredi à jeudi, nous sommes passés en dessous de zéro. C'était le cas aussi à l'intérieur des terres, et sur les plants de vignes en Irouléguy dont les premiers bourgeons étaient déjà sortis. "Là, on a les premières feuilles qui apparaissent. Donc là, c'est le début et c'est là que c'est le moment critique" constate Ximun Bergouignan, viticulteur en Irouléguy à Saint-Etienne-de-Baigorry. Si de nombreux bourgeons ont gardé leur belle couleur verte, d'autres ont été touchés. "Là on voit que ça a complètement brûlé, la feuille est recroquevillée, noire. Et ça, dans quelques jours, ça va tomber ou on va faire tomber". En fonction des parcelles, soit 30%, soit 80%, en moyenne, Ximun Bergouignan constate visuellement environ 50% de dommages sur ses bourgeons.

Certains bourgeons ont été complètement brûlés par le froid alors que la température est descendu à -2°C
Certains bourgeons ont été complètement brûlés par le froid alors que la température est descendu à -2°C © Radio France - Anthony Michel

Des dommages très difficiles à prévenir. Si les viticulteurs étaient au courant que la température allait fortement baisser, ils étaient un peu impuissant. "Alors on savait qu'il allait geler. L'année dernière, on avait eu à peu près le même cas de figure, on s'était préparé, on avait mis des ballots partout côté soleil, pour les allumer et faire un écran de fumée, mais cette fois ce que l'on savait aussi, c'est qu'il y aurait eu un peu de vent et avec le vent, en faire un nuage ça ne marche plus", explique le viticulteur.Il existe par ailleurs d'autres moyens d'éviter le gel, les hélicoptères, éoliennes, qui maintienne une température au dessus de zéro, mais qui coûtent beaucoup d'argent, alors que le gel est très rare ici à cette période. _"_Le dernier gel en Irouléguy c'était en 1991 et la je pense qu'on n'a pas eu l'impact qu'il y avait eu en 91", rappelle Olivier Martin, président de la cave d'Irouléguy. 

Sur des même plants, des bourgeons ont été impactés (à gauche) quand d'autres ont bien tenu (à droite)
Sur des même plants, des bourgeons ont été impactés (à gauche) quand d'autres ont bien tenu (à droite) © Radio France - Anthony Michel

Entre 30% et 80% de dégats

Même si le gel n'a pas fait autant de dégat qu'il y a 30 ans, le cas de Ximun Bergouignan n'est pas isolé. Comme lui, Olivier Martin reçoit de nombreux appels de viticulteurs. "Alors les retours qu'on a entre 30 et 80%. On essaye aujourd'hui de répertorier tout ce qui a été touché pour avoir une tendance un petit peu plus vrai qu'on pourra communiquer du coup aux divers services de l'Etat" résume Olivier Martin.

Des pertes, et des frais qui incombent aux viticulteurs, qui ne sont pour la plupart pas assurés. En effet, les frais sont très chers, et les sinistres plutôt rares. Les viticulteurs restent vigilent alors que les températures s’apprêtent à nouveau à beaucoup baisser en début de semaine prochaine.

Entre 30 et 80% de dégats ont pour le moment sur les vignes d'Irouléguy selon ce qui a été rapporté au président de la cave Olivier Martin
Entre 30 et 80% de dégats ont pour le moment sur les vignes d'Irouléguy selon ce qui a été rapporté au président de la cave Olivier Martin © Radio France - Anthony Michel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess