Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avec le gel, la récolte des poireaux impossible dans le Nord et le Pas-de-Calais

-
Par , France Bleu Nord

Il n'y a pas que les humains qui souffrent du froid, les légumes, aussi ! Avec les températures qui restent en-dessous de zéro depuis la fin de semaine dernière, les sols sont gelés, et durs comme de la pierre. Les maraîchers ne peuvent pas arracher les poireaux. Exemple à Lesquin, près de Lille.

Sébastien Menu, maraîcher à Lesquin, arrache habituellement 600 kilos de poireaux par semaine. La récolte est actuellement paralysée par le gel.
Sébastien Menu, maraîcher à Lesquin, arrache habituellement 600 kilos de poireaux par semaine. La récolte est actuellement paralysée par le gel. © Radio France - Cécile Bidault

Le Nord et le Pas-de-Calais sont sortis de la vigilance orange grand froid. Mais les températures restent négatives, ce qui rend difficile le travail des agriculteurs. En hiver, on arrache les poireaux dans les champs, les Hauts-de-France en sont la deuxième région productrice de France, avec 780 hectares.

C'est un légume qui ne se stocke pas longtemps, il faut donc l'arracher régulièrement. Mais le sol est dur comme de la pierre, c'est impossible depuis une semaine.

C'est la Sibérie !

Au GAEC des 40 Maisons, à Lesquin, au Sud de Lille, on récolte 600 kilos de poireaux par semaine normalement. En ce moment, les trois frères maraîchers ne peuvent qu'attendre le dégel. "C'est la Sibérie", sourit Sébastien, en traversant son exploitation balayée par le vent du Nord, "dans les champs, la terre et les poireaux sont complètement gelés. Si on tire dessus, on les casse. C'est donc le chômage technique".

Une bâche recouvre les poireaux, mais le vent et le froid s'engouffrent. "Ce sont des pertes potentielles", regrette Sébastien Menu, "car on ne sait pas comment le légume va réagir au dégel. Il ne sera pas impropre à la consommation, mais il ne sera pas beau. Or, beaucoup de consommateurs achètent avec les yeux".

Prix en hausse

Sur les marchés et dans les magasins, les prix risquent donc d'augmenter ces prochains jours. "Il y aura des poireaux sur les étals", explique le maraîcher, "mais ils ne seront pas locaux, il viendront de la Manche ou de la Bretagne".

Si ça dure, il y aura des pénuries

Il ne se dit pas particulièrement inquiet -"c'est la nature"- mais estime tout de même que le gel ne doit pas continuer trop longtemps : "si ça dure, il y aura des pénuries".

ECOUTEZ : Sébastien Menu, du GAEC des 40 Maisons à Lesquin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess