Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les pluies massives de ces derniers mois retardent les semis en Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

Depuis début octobre, les pluviomètres sont au plus haut en Sarthe. De fortes pluies ont touché le département, rendant impossible de semer les cultures d'hiver pour certains agriculteurs. 30 à 40% des parcelles seraient impraticables selon la Chambre d'agriculture de la Sarthe.

Philippe Dutertre, installé près du Mans, ne peut toujours pas semer certaines de ses parcelles.
Philippe Dutertre, installé près du Mans, ne peut toujours pas semer certaines de ses parcelles. © Radio France - Raphaël Aubry

La pluie ne plaît pas toujours aux agriculteurs. Depuis début octobre, de nombreuses averses, d'une intensité supérieure à la moyenne, sont tombées sur la Sarthe. Il a quasiment autant plu sur les quatre derniers mois que depuis janvier 2019.  Conséquence, un grand nombre de champs agricoles ont été inondés, rendant les semis d'hiver impossibles pour certains agriculteurs. Et le phénomène continue en ce début d'année, avec un taux de pluviométrie toujours important.

Quatre mois de retard dans les semis

30 à 40 % des parcelles du département étaient inexploitables au mois de décembre (selon la Chambre d'agriculture). C'est le cas sur l'exploitation de Philippe Dutertre. Installé à Chemiré-le-Gaudin, au sud-est du Mans, ce paysan élève des bovins et possède 150 hectares de culture agricole. Avec les pluies, il a pris un retard considérable dans ses semis, notamment de blé et d'orge. Ces derniers sont habituellement réalisés entre octobre et novembre, après la moisson du maïs. 

En 23 ans d'activité, il n'a jamais connu une telle situation. "On pourrait demander aux plus anciens d'entre nous, mais je doute qu'il y ait eu de nombreuses années aussi compliquées dans l'histoire", commente-t-il.

On distingue encore de l'eau en surface sur une partie de ce champ de Philippe Dutertre. - Radio France
On distingue encore de l'eau en surface sur une partie de ce champ de Philippe Dutertre. © Radio France - Raphaël Aubry

L'exploitant a seulement commencé la semaine dernière le semi du blé. Il en produira cette année sur seulement 12 hectares, contre 40 habituellement, et 10 hectares d'orge, contre 30.

Certaines de ses terres argileuses sont toujours impraticables pour les machines. "L'accumulation des pluies a fait que rien n'était faisable. J'ai décidé de ne pas insister pour éviter de massacrer les sols", continue l'agriculteur. Ce retard entraîne des conséquences économiques, encore difficilement chiffrables. Philippe Dutertre n'a cette année pas signé de contrat avec une coopérative agricole pour vendre ses récoltes. 

"Maintenant place aux cultures de printemps. Sauf que le mois de février a démarré et on ne voit pas d'amélioration sur les sols."

Même si les niveaux de pluie du mois de janvier sont inférieurs à la moyenne de 2019, l'agriculteur s'inquiète pour les prochains mois. _"On ne va plus compter sur les cultures d'hiver. Maintenant place aux cultures de printemps. Sauf que le mois de février a démarré et on ne voit pas d'améliorations sur les sols."  _La Sarthe, située en contrebas de son exploitation, a d'ailleurs débordé cette semaine. 

Les averses prévues ce weekend et la semaine prochaine ne devraient donc pas aider Philippe Dutertre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu