Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Avec son centre d'essais Nouvelles Vagues, Boulogne se positionne dans l'aquaculture

vendredi 18 mai 2018 à 6:06 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Pour assurer l’avenir de l'activité de transformation du poisson, à Boulogne, les professionnels regardent du côté de l’aquaculture. Un sujet qui mobilise la plate-forme d’innovation Nouvelles vagues. Ce centre de recherche et de développement a installé ses bassins à Wimereux.

Dans ses petits bassins, le centre d'essai Nouvelles vagues teste des aliments pour l'aquaculture.
Dans ses petits bassins, le centre d'essai Nouvelles vagues teste des aliments pour l'aquaculture. © Radio France - Matthieu Darriet

Boulogne-sur-Mer, France

Dans le monde, l'aquaculture prend le pas sur la pêche de poisson sauvage. Un enjeu vital pour Boulogne, si elle veut rester le premier centre européen de transformation du poisson. C'est pour cela que le laboratoire de recherche et de développement Nouvelles vagues travaille sur les nouveaux aliments des élevages.

Olivier Poline, patron de Nouvelles vagues : "On a beaucoup d'espoir sur la production d'insectes et d'algues microscopiques, qui sont très riches en protéines et en oméga 3." - Radio France
Olivier Poline, patron de Nouvelles vagues : "On a beaucoup d'espoir sur la production d'insectes et d'algues microscopiques, qui sont très riches en protéines et en oméga 3." © Radio France - Matthieu Darriet

Dans son centre d'essais de Wimereux, près de Boulogne, opérationnel depuis le début d'année, il y a des petits bassins d'eau douce et d'eau de mer, d'eau froide ou carrément tropicale, avec une lumière et une qualité surveillées. C’est ce que recherchent les éleveurs de poissons, fabricants d’aliments ou d’ingrédients, pour lancer des tests, raconte Olivier Poline, le patron de Nouvelles vagues : "Si un client nous demande de tester deux aliments différents sur de la truite ou du bar, on constitue des lots avec le même nombre de poissons. On les fait grossir et à la fin on regarde si la croissance a été homogène, si les poissons sont en bonne santé. On ne sait pas forcement quelle est la nature de l'aliment testé."

Vers la fin des farines de poisson ?

Traditionnellement l’aquaculture est nourrie par la pêche. Il faut 1 kg de poissons sauvages pour produire 1 kg d’élevage. La méthode est contestée et puis le marché spécule beaucoup sur ces farines, très demandées en Chine. Et c’est pareil pour les autres solutions comme les huiles et farines de maïs ou de colza. "Les fabricants d'aliments sont donc à la recherche de nouveaux ingrédients", poursuit Olivier Poline. 

On a beaucoup d'espoir sur la production d'insectes et d'algues microscopiques, qui sont aussi très riches en protéines et en oméga 3.

Ainsi Boulogne se positionne sur ce marché de l'élevage de poissons, avant la concrétisation d’un projet de ferme aquacole dans la rade.