Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Baleines : en Pays Basque la pollution plus préoccupante que la chasse

Par

La pollution bactériologique et plastique et les observations qui se multiplient au large du Canada sont aussi menaçants que la chasse pour les baleines.

Les rorquals communs, l'espèce la plus chassée au Japon, au large du Pays Basque
Les rorquals communs, l'espèce la plus chassée au Japon, au large du Pays Basque - Jean-Antoine Moraux, Explore Ocean

Le Japon a décidé le 26 décembre de se retirer de la commission baleinière internationale (CBI) pour reprendre la chasse dans ses eaux territoriale. En Europe, les Basques ont été précurseurs de cette chasse, au moins dès le XIe siècle, avant que l'animal ne disparaisse définitivement du Golfe de Gascogne au XVIIIe siècle. Aujourd'hui on trouve encore des baleines et des mammifères marins échoués sur les côtes du Pays Basque et sur tout le littoral atlantique.

Publicité
Logo France Bleu

Pour Alexandre Dewez du Groupement d'Etudes de la faune Maritime (GEFMA), pour sauver les baleines, on ferait tout aussi bien de s'occuper de la pollution, et du "whale watching" envahissant, cette observation des baleines à partir d'un bateau.

loading

Un sanctuaire pour les baleines

Un cachalot dans le Golfe de Biscaye - Emilie Moraux, Explore Ocean

Pour l'ONG Sea Shepard, qui lutte pourtant contre la chasse à la baleine, c'est "une bonne nouvelle" que le Japon reprenne la chasse. Dans un communiqué elle affirme que "le retrait du Japon de la commission baleinière internationale est une bonne nouvelle pour les baleines", parce que ça permettrait de créer un sanctuaire pour ces mammifères dans l'Atlantique sud.

Et pour certaines associations locales cela peut aussi aider à recentrer l'intérêt sur un autre enjeu : la pollution. Si la baleine franche de Biscaye, ou "baleine des Basques" ne reviendra plus - l'espèce est éteinte - on voit pourtant quelques espèces au large. L'association Itsas Arima, par exemple, avec le bateau Explore Ocean, a pu observer des baleines à bec au large de St Jean de Luz. Le plus grand ennemi des baleines aujourd'hui, ça n'est pas la chasse, strictement interdite dans le Golfe, mais la pollution, mais les virus, les bactéries, et les kilos de plastique ingérés par ces animaux, qu'on retrouve chaque fois qu'ils sont dépecés après échouage. 

On retrouve la baleine sur les armoiries de nombreuses communes basques, comme à Hendaye - Capture d'écran site officiel marie d'Hendaye

Selon l'observatoire Pélagis de l'université de La Rochelle qui recense les échouages, on ramasse 1.200 à 1.300 animaux marins échoués sur les plages françaises. Un chiffre qui augmente chaque année.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu