Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bassin d'Arcachon : "une année noire pour l'ostréiculture" - Thierry Lafon président du CRC

-
Par , France Bleu Gironde

Depuis quelques mois ils enchaînent les mauvaises nouvelles et les pertes d'exploitation : coronavirus, algues toxiques, mortalité des huîtres ... de nombreux producteurs sont aujourd'hui dans le rouge. On fait le point avec Thierry Lafon, président du comité régional de la conchyliculture.

Les ostréiculteurs ont perdu en moyenne 80 % de leur chiffre d'affaire
Les ostréiculteurs ont perdu en moyenne 80 % de leur chiffre d'affaire © Radio France - Stéphane Hiscock

France Bleu Gironde : Quelles sont les pertes financières enregistrées cette année ?

Thierry Lafon : la filière conchylicole du Bassin d'Arcachon a perdu 80 % de son chiffre d'affaire pendant la crise Covid. C'est une grosse claque ! La façon dont on va se relever va dépendre de la façon dont l'économie va redémarrer. On attend toujours de voir le retour des consommateurs sur nos ports.

Après le coronavirus c'est l'algue toxique dinophysis qui vous a empêché de vendre vos huîtres et aujourd'hui c'est la mortalité des coquillages qui vous inquiète !

Effectivement le ciel nous a envoyé des trombes d'eau qui ont eu pour conséquence de faire baisser le taux de salinité du Bassin d'Arcachon. On a alors constaté une mortalité élevée de nos naissains, et plus grave encore, de nos huîtres adultes. Dieu merci, le Bassin renouvelle son eau deux fois par jours ! Ca va mieux mais les pertes enregistrées sont importantes.

Vous avez engagé un bras de fer avec l'Etat au sujet de votre présence sur le Banc d'Arguin. Vous estimez que l'administration cherche à vous expulser du fameux banc de sable. Que se passe-t-il ?

Depuis 2017 un décret déchaîne les passions sur Arguin. L'Etat avait quand même décidé de régulariser la présence de nos parcs ostréicoles.  Le problème c'est qu'Arguin est un endroit mobile. Le sable ça bouge mais l'Etat lui est rigide ! Aujourd'hui on veut nous amputer de 10 des 45 hectares que nous exploitons. L'Etat ne respecte pas ses engagements, il veut nous expulser mais ça ne marchera pas comme ça. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu