Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bassin de l'Adour : les agriculteurs gagnent en appel, pas de restriction d'irrigation cet été

La cour administrative d'appel de Bordeaux a donné partiellement raison ce mardi aux agriculteurs irrigants, qui contestaient des restrictions de pompage dans les cours d'eau du bassin de l'Adour.

La cour administrative d'appel de Bordeaux a rendu sa décision dans le dossier de l'irrigation
La cour administrative d'appel de Bordeaux a rendu sa décision dans le dossier de l'irrigation © Radio France - Vincent Pillet

C'est une victoire pour les agriculteurs irrigants des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, du Gers et des Hautes-Pyrénées : la cour administrative d'appel de Bordeaux a levé, dans une décision rendue ce mardi 25 mai, les restrictions de prélèvements en eau imposées en février dernier par le tribunal administratif de Pau. Les agriculteurs irrigants se mobilisaient depuis plusieurs semaines pour obtenir cette décision. Le 30 mars dernier, plus de 1000 agriculteurs avaient manifesté à Mont-de-Marsan.

C'est un jugement du 3 février dernier, rendu par le tribunal administratif de Pau, qui avait provoqué la colère des irrigants. Saisis par des associations environnementales, dont la Sepanso dans les Landes, les juges administratifs de Pau avaient ordonné une limitation des prélèvements en eau dans le bassin de l'Adour, entraînant une diminution de l'irrigation. La FDSEA, qui est le premier syndicat agricole dans les Landes, avait dénoncé une limitation des prélèvements "incompréhensible" et "désastreuse" et demandé à l'Etat de faire appel, ce qui a été fait. C'est cet appel qui a été examiné par un juge administratif de Bordeaux. Après l'audience, qui s'est tenue la semaine dernière, la décision a été rendue ce mardi : le juge estime que la limitation des prélèvements "risque d'entraîner des conséquences difficilement réparables". Il ordonne un "sursis à exécution" du jugement de Pau. En clair : le jugement du tribunal de Pau, qui avait imposé une limitation des prélèvements en eau, ne doit pas s'appliquer pour l'instant, en attendant un jugement sur le fond, qui n'est pas attendu avant plusieurs mois. 

La victoire des agriculteurs n'est cependant que partielle, puisque la cour administrative d'appel de Bordeaux ne remet pas en cause la date butoir du 31 mai 2022. A ce moment-là un nouvel arrêté préfectoral devra être pris avec de nouvelles règles encadrant les pompages pour l'irrigation dans le bassin de l'Adour. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess