Agriculture – Pêche

Béarn : un projet d'arrêté préfectoral sur les produits phytosanitaires inquiète les agriculteurs

Par Margaux Stive, France Bleu Béarn lundi 3 octobre 2016 à 18:42

Les représentants de la FDSEA 64 ont interpellé des élus et un représentant du Préfet pendant une réunion lundi
Les représentants de la FDSEA 64 ont interpellé des élus et un représentant du Préfet pendant une réunion lundi © Radio France - Margaux Stive

La FDSEA interpelle les élus et l'Etat à propos d'un projet d'arrêté préfectoral qui durcit les conditions d'utilisation des produits phytosanitaires.

La FDSEA organisait ce lundi une réunion à Sauvelade avec des élus, un représentants de la préfecture, et des agriculteurs. Les agriculteurs sont très inquiets à propos d'un projet d'arrêté préfectoral qui durcit les conditions d'utilisation des produits phytosanitaires.

Des dizaines d'hectares en moins

Cet arrêté prévoit de durcir les conditions d"épandage de ces produits. Les agriculteurs n'auraient plus le droit d'utiliser ces produits sur une bande de 20 mètres à proximité des cours d'eau, des forêts, des haies, des fossés, et des habitations. Jusque là c'était 5 mètres, et seulement à côté des cours d'eau. Du coup cela fait perdre aux agriculteurs concernés plusieurs hectares de terres exploitables.

La clé sous la porte

C'est le cas par exemple pour Frédéric Carrère. Il est agriculteur à Sauvelade près de Lagor. Et il cumule toutes les zones sensibles évoquées dans le texte. Presque chaque parcelle est concernée, il serait donc obligé d'appliquer la bande tampon de 20 mètres quasiment partout. Cela lui ferait perdre 30% de son exploitation. Dans certains de ses champs les plus petits, cela veut dire qu'il n'y a plus rien à exploiter. Du coup pour lui c'est clair, si l'arrêté est validé il met la clé sous la porte. Il ne pourrait plus produire assez de maïs pour nourrir ses bêtes. Il serait donc obligé d'en acheter pour compléter et cela lui coûterait trop cher.

Une mesure «idéologique»

Pour Bernard Layre, le président de la FDSEA dans le département, cet arrêté c'est le signe d'une position "idéologique" de la part du gouvernement. Il souligne que la France est le seul pays Européen à pousser les restrictions aussi loin. Selon la FDSEA, les règles qui étaient en vigueur jusque là sont largement suffisantes.

C'est une absurdité, un non-sens (...) qui amène la mort des agriculteurs. — Bernard Layre, le président de la FDSEA 64

Pour Bernard Layre, si le projet passe, c'est le début de la fin pour les agriculteurs

Les représentants de la FDSEA sont reçus mardi matin par le nouveau Préfet du département, Eric Morvan.

Partager sur :