Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le groupe Bel reconduit un accord pour mieux rémunérer ses producteurs

-
Par , France Bleu Maine

Pour la quatrième année consécutive, le groupe Bel, qui produit notamment le Babybel, renouvelle son accord avec les producteurs laitiers pour fixer leur rémunération sur l'année. Un prix de base de trois-cents-cinquante euros pour mille litres de lait.

l'hiver, les vaches laitières sont sous un hangar
l'hiver, les vaches laitières sont sous un hangar © Radio France - Perrine Roguet

350 euros pour 1 000 litres de lait, c'est le prix juste du lait selon Bel. En 2020, c'était 11% de plus que la moyenne. Pour la reconduction de l'accord entre le groupe et les producteurs de l'association des producteurs Bel de l'Ouest (APBO), l'industriel est venu rencontrer un couple d'éleveurs installé depuis cinq ans à Degré près du Mans : "cet accord nous permet de rentrer dans nos frais et de travailler sereinement" assure Samuel, producteur laitier. 

Le prix du lait est garanti pendant un an au prix de base de 350€, mais peut varier entre 335 et 360€ en fonction du marché : "cette visibilité sur un an c'est déjà bien, mais si on pouvait avoir une vision sur plus d'années, ça pourrait nous sécuriser un peu plus, il faut savoir que quand on investit, c'est pour cinq, sept ans voire plus".  

Les éleveurs sont encouragés à laisser pâturer leurs vaches et les nourrir sans OGM. A la clé, une vingtaine d'euros supplémentaires. Une démarche qui séduit les éleveurs selon Gilles Pouce, il préside l'APBO : " La totalité des exploitants qui livrent à Bel sur la zone Ouest, à raison de 800 exploitations, elles sont toutes concernées par la démarche sans OGM et uniquement 2% ne sont pas concernées par la pâturage de leurs vaches". 

Troisième maillon de la chaîne, les distributeurs. Bel souhaite les convaincre d'adhérer à cet accord. Intermarché le soutient déjà. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess