Agriculture – Pêche

Bergers basques : entre deux mondes vient de paraitre chez Elkar

Par Jacques Pons, France Bleu Pays Basque et France Bleu mardi 8 novembre 2016 à 6:00

Le berger Jean-Bernard Maitia dans ses terres
Le berger Jean-Bernard Maitia dans ses terres - Severine Dabadie

Elkar vient d'éditer une enquête photographique sur les bergers du Pays Basque. Le travail a demandé trois ans d'effort à ses auteures. Il révèle un monde en pleine mutation. Les bergers basques ont changé mais sont bien vivants.

C'est un reportage qui a demandé trois ans d'enquête dans les montagnes d'Iparalde (le Pays Basque français). Toutes les provinces (Labour, Basse Navarre et Soule) ont été visitées par la photographe Séverine Dabadie et l'auteure Christiane Etchezaharreta. "Euskal Artzainak, bergers Basques, entre deux mondes" nous révèle toutes les facettes d'un secteur d'activité où survivent encore beaucoup d'images d'Epinal.

Les clichés sur le pastoralisme basque sont erronés — Séverine Dabadie

Les clichés sur les bergers sont phagocytés par les industriels du fromage selon Séverine Dabadie

 Séverine Dabadie et Christiane Etchezaharreta - Aucun(e)
Séverine Dabadie et Christiane Etchezaharreta - Tosseri

Non, les bergers ne sont pas en train de disparaitre.

Ils ne sont plus tout à fait les même que ceux que Jacques Blot avait découvert dans les années 80 pour le compte des éditions Elkar dans le livre "Artzainak". Aujourd'hui, les bergers ne viennent pas tous du monde rural. Ils ne sont pas tous nés au pays Basque. Certains ont quitté leur travail en région Parisienne ou en Bretagne pour mener leurs troupeaux sur les sommets de Soule ou de Basse Navarre. Par ailleurs la profession rajeunit. Elle se féminise également. Ce sont ces hommes et ces femmes que l'on découvre dans cet ouvrage.

Les bergers Basques entre deux mondes - Aucun(e)
Les bergers Basques entre deux mondes - Elkar

Le pastoralisme fait vivre la montagne Basque

Les deux auteures de Euskal Artzainak ont axé leur enquête sur le berger qui conduit son troupeau. Celui qui transhume dès les beaux jours vers les estives et celui qui fabrique ses fromages. Des personnes dont le rôle est primordial pour la montagne. Ce sont eux dont les animaux évitent l’irruption de broussailles sur les terres hautes. Ceux qui maintiennent la vie dans des zones difficiles. Le livre de Séverine Dabadie et Christiane Etchezaharreta nous fait connaitre des techniques millénaires dans un monde globalisé.

Les bergers changent

Aujourd'hui il n'y a plus un seul pastoralisme basque mais plusieurs — Peio Etcheverry-Ainciart

Ce livre contribue à informer les consommateurs que nous sommes. Expliquer comment un fromage étonnant nait entre les mains d'un homme ou d'une femme perdu dans un cayolar. Le témoignage de Peio Etcheverry-Ainciart responsable des éditions Elkar

Il y a plusieurs pastoralismes au Pays Basque selon Peio Etcheverry-Ainciart

Dans cette enquête on découvre des enfants d'agriculteurs mais aussi un ancien anthropologue du musée de l'homme devenu berger par passion. Ou encore cet enfant d'un village proche de la côte qui a choisi de devenir un "berger sans terre". Il possède une estive et 300 brebis "buru beltza" (têtes noires) mais ne possède aucun terrain. Il faut donc jongler chaque année pour louer des prairies durant l'hiver. Avec deux tonnes de fromages fabriquées en estive Jon Bonnet (originaire de Mouguerre près de Bayonne) survit mais ne peut se payer un vrai salaire. Il se débrouille donc.

Le témoignage d'un jeune berger sans terre, Jon Bonnet

Le témoignage d'un berger sans terre, Jon Bonnet

Le travail de Severine Dabadie est accompagné d'un petit film retraçant trois ans d'enquête et de rencontres dans la montagne Basque. On y découvre les secrets de l'ardi gasna, le fromage basque: 20 litres de lait de brebis pour un fromage de 4 kilos !

Euskal Artzainak, les bergers Basques, entre deux mondes est édité par Elkar au prix de 36 euros.