Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les betteraviers mayennais réclament l'autorisation d'un insecticide face à la jaunisse

-
Par , France Bleu Mayenne

Les cultures de betteraves en Mayenne sont touchées comme ailleurs par la jaunisse cette année. Le gouvernement se dit prêt à autoriser de nouveau un néonicotinoïde, critiqué par les associations écologistes. Selon les producteurs, c'est pourtant un moindre mal en terme d'environnement.

Les betteraves qui souffrent de la jaunisse ne se développent pas correctement dans les champs
Les betteraves qui souffrent de la jaunisse ne se développent pas correctement dans les champs © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Des feuilles jaunies, desséchées, qui ne permettent plus aucune photosynthèse ni développement des cultures : dans la parcelle de trois hectares de betteraves cultivée par Florent Renaudier pour son troupeau de bovins, la jaunisse a sévi sévèrement cette année. Comme dans le reste du pays, les invasions de pucerons ont été trop violentes au printemps. Le gouvernement se dit prêt à autoriser de nouveau un insecticide interdit depuis deux ans, qui enrobe les graines, pour lutter contre. Malgré l'indignation des associations écologistes, les agriculteurs mayennais jugent de leurs côtés que c'est un moindre mal pour leurs cultures comme pour l'environnement. 

30% de rendements en moins

En Mayenne, la betterave ne sert pas à la filière sucrière mais à nourrir les élevages : "dans les mélanges d'aliments qu'on donne aux troupeaux, la betterave _représente environ 20%_, explique Florent Renaudier, président de la FDSEA en Mayenne. C'est un aliment noble qui apporte du sucre. Avec les attaques de pucerons, les rendements vont être en baisse de 30%, on a des betteraves un tiers plus petites"

Réintroduire certains pesticides est selon lui indispensable : "on a été trop vite sur leur interdiction en 2008, trouver des alternatives avec moins d'aspects négatifs sur l'environnement demande des moyens et du temps. _Si on n'avait pas l'autorisation, l'an prochain on ne sèmerait pas de betteraves_", précise-t-il, car le manque de rendements coûte cher. Derrière, c'est toute une filière agricole qui est en péril selon lui : "on a demandé aux entreprises de travaux agricoles d'investir dans du matériel adapté, mais si demain on ne peut plus cultiver de betteraves fouragères, comment vont-elles faire ?"

Les betteraves atteintes de jaunisse ne se développent pas car leurs feuilles en surface ne peuvent plus faire la photosynthèse
Les betteraves atteintes de jaunisse ne se développent pas car leurs feuilles en surface ne peuvent plus faire la photosynthèse © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Un néonicotinoïde contesté

"L'aberration, c'est qu'on nous interdit d'enrober les graines de betteraves avec l'insecticide qu'on réclame, mais pour faire face, on se retrouve à traiter deux ou trois fois les pucerons 'en plein' avec un pulvérisateur, explique Florent Renaudier. Ça va à notre sens à l'encontre de l'écologie ou de l'environnement. _Mieux vaut protéger la graine dans le sol_, où il n'y a pas de résidus ou d'évacuation par l'air".

Trouver des alternatives avec moins d'aspects négatifs sur l'environnement, ça demande des moyens et du temps. 

Certaines associations écologistes montent pourtant au front. Le président de Générations Futures, François Veillerette, estime qu'il s'agit d'un "recul" pour les "insectes pollinisateurs déjà fortement fragilisé". Critique rejetée par le président départemental de la FDSEA : "on ne va pas nier que les néonicotinoïdes peuvent poser souci sur des cultures où les abeilles viennent polliniser. Ce n'est pas le cas des betteraves puisqu'on ne les laisse pas monter en fleur ! On ne comprend pas cet acharnement".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess