Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bientôt moins de pesticides dans le sucre produit en Centre-Val-de-Loire ?

-
Par , France Bleu Orléans

La première campagne de sucre de betteraves HVE, Haute Valeur Environnementale, vient d'être lancée en Centre-Val-de-Loire par le groupe sucrier Tereos. Cette certification, déjà accordée à quinze exploitants agricoles de la région, assure une utilisation minimale de produits chimiques.

Pascal Chenu détient 50 hectares de champs de betteraves en Eure-et-Loir
Pascal Chenu détient 50 hectares de champs de betteraves en Eure-et-Loir © Radio France - Marine Protais

Allons-nous bientôt pouvoir consommer du sucre local et plus respectueux de l'environnement ? C'est en tout cas la promesse faite ce mardi à Lumeau, en Eure-et-Loir, à l'occasion du lancement de la toute première campagne de sucre issu de betteraves HVE, Haute Valeur Environnementale. Une démarche qui vise à "valoriser les bonnes pratiques agricoles des exploitants" qui limitent l'utilisation d'engrais, d'eau ou encore d'électricité, souligne Pauline Hien, cheffe de projet au sein du groupe sucrier Tereos.

En Centre-Val-de-Loire, 420 hectares et quinze agriculteurs ont déjà cette certification, valable trois ans et renouvelable. L'objectif du ministère de l'Agriculture est d'arriver à 15 000 d'ici 2022 et 50 000 à l'horizon 2030. Parmi les certifiés de la première heure, Pascal Chenu, agriculteur à Lumeau. Il a obtenu sa certification il y a un an quasiment jour pour jour.

Un choc des cultures

Les yeux rivés sur un tas de betteraves fraîchement ramassées, Pascal Chenu est fier de sa toute première récolte à Haute Valeur Environnementale. "Elles sont ramassées aujourd'hui, elles seront traitées demain à la sucrerie et dans trois jours, le sucre sera fabriqué". Cet agriculteur de 57 ans a le sentiment du devoir accompli.

Le sucre fabriqué avec ces betteraves HVE doit être commercialisé au printemps 2021
Le sucre fabriqué avec ces betteraves HVE doit être commercialisé au printemps 2021 © Radio France - Marine Protais

La betterave est ici une histoire de famille : cinquante hectares de culture, légués sur 3 générations. "Par rapport à mon père et mon grand-père, le gout n'a pas changé", plaisante Pascal Chenu, "en revanche les techniques ont énormément évolué", assure-t-il. 

Le monde bouge, on essaie de le suivre ensemble.

Investir dans des méthodes alternatives

Cet agriculteur a eu une prise de conscience écologique. Il y a un an, il se rend compte que les consommateurs veulent une agriculture plus respectueuse de l'environnement et de la biodiversité et décide de se lancer dans le HVE. Pour répondre aux normes, il a drastiquement diminué les quantités de pesticides déversés dans ses champs afin qu'elles soient en-dessous de la moyenne régionale.

"On emploie des techniques alternatives grâce à des "OAD", des Outils d'aide à la décision. C'est-à-dire qu'on mesure l'impact de la météo ou des pucerons et en fonction de ça, on régule ou pas nos traitements. Parce qu'on ne va quand même pas laisser mourir notre culture dans les champs !" explique Pascal Chenu.  

Pour y parvenir, il a dû acheter du matériel : des GPS, des stations météo et des rampes pour l'irrigation qui lui permettent de réduire de 10 à 15%" sa consommation d'eau. Mais tout cela a un coût, qu'il estime entre 5.000 et 20.000 euros par an. Il espère ainsi une rémunération à hauteur des "risques" qu'il prend. Ce sucre, fabriqué avec des betteraves HVE, doit être commercialisé en grande surface au printemps prochain. Son n'a pas encore été fixé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess