Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Blé, orge, colza... les rendements sont en baisse pour cette moisson 2020 en Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Les récoltes de céréales ne s'annoncent pas très bonnes cette année, notamment en Mayenne. Une baisse de 20% pour les rendements en blé est prévue par la FDSEA 53. Chez Damien Pervis, agriculteur à Saint-Denis-du-Maine, les quantités sont en effet faibles pour cette moisson.

Damien Pervis prévoit déjà pour cette année, 130 tonnes de blé en moins qu'en 2019.
Damien Pervis prévoit déjà pour cette année, 130 tonnes de blé en moins qu'en 2019. © Radio France - Aurore Richard

Quand vous roulez, vous devez voir beaucoup de tracteurs dans les champs au bord des routes en cette mi-juillet, tout simplement parce que ce sont les moissons. Elles ont commencé début juillet en Mayenne, et cette récolte ne s'annonce déjà pas bonne en ce qui concerne la quantité.

A l'échelle du département, le syndicat agricole de la FDSEA prévoit 20% de rendements en moins par rapport à 2019 pour le blé, même 35% pour le colza. Tout cela se vérifie chez Damien Pervis, agriculteur à Saint-Denis-du-Maine, près de Meslay-du-Maine.

Damien Pervis a terminé ses moissons de colza et d'orge autour du 10 juillet, il attaque désormais ses 65 hectares de blé. Tout ce qui a déjà été récolté est stocké dans un immense hangar de 600 m². "L'an dernier, c'était exceptionnel mais il fallait remettre des murs au hangar pour que les céréales n'arrivent pas dehors et là, cette année, on voit plein d'espace qui reste", décrit l'agriculteur. 

En 2019, les céréales atteignaient le plafond de ce hangar de 600 m².
En 2019, les céréales atteignaient le plafond de ce hangar de 600 m². © Radio France - Aurore Richard

Il va manquer 20 quintaux de blé par hectare, ce qui fait 130 tonnes en moins par rapport à 2019. 20 quintaux de moins aussi par hectare d'orge, 10 par hectare de colza selon les premières estimations de Damien Pervis. Ces mauvais rendements s'expliquent par une météo capricieuse qui ne convient pas aux céréales. 

On a eu un hiver très mouillé, un printemps très sec et un mois de mai très chaud

"On a quand même eu un petit peu de chance car le mois de juin a été pluvieux au début et couvert après, donc on a quand même de la qualité. Si une mauvaise qualité s'était ajoutée à de mauvais rendements, cela aurait été encore plus catastrophique", estime Damien Pervis. 

22 000 euros de perte rien que pour le blé

"On dit toujours qu'il faut faire une moyenne sur cinq ans et là, sur les cinq dernières années, on a eu une année sur deux mauvaise, voire très mauvaise. Il faut donc jongler avec la partie trésorerie, avec la vente des céréales et leur prix", regrette cet agriculteur mayennais. Il faut surtout réussir à fournir les clients habituels pour ne pas les perdre, même s'il y a moins de céréales et moins de paille aussi.

La quantité de céréales récoltée est en baisse, tout comme celle de paille.
La quantité de céréales récoltée est en baisse, tout comme celle de paille. © Radio France - Aurore Richard
Choix de la station

À venir dansDanssecondess