Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Petite quantité, bonne qualité : drôle d'année pour les bluets des Vosges

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

La récolte 2019 des bluets des Vosges doit s'achever vers le 15 août, après cinq semaines de ramassage. Le bilan n'est pas mauvais, mais les épisodes caniculaires ont eu un certain impact sur les plants.

La récolte de bluets a débuté une dizaine de jours plus tôt dans les Vosges cette année !
La récolte de bluets a débuté une dizaine de jours plus tôt dans les Vosges cette année ! © Radio France - Seina Baalouche

Vosges, France

La récolte de bluets des Vosges, ces grosses myrtilles cultivées, a commencé à la mi-juillet. Elle doit s'achever la semaine prochaine, vers le 15 août. "Ça a été une drôle d'année", soupire Yannick Jaeger, producteur à Saulcy-sur-Meurthe. Printemps frais, pluvieux : "les fruits se sont fait attendre !", confirme Lionel Ehrhart, président de l'association Bleu Vert Vosges, qui regroupe les producteurs de bluets vosgiens. "On a eu une période de floraison assez tardive, puis tous les fruits sont apparus en même temps.

Lionel Ehrhart se dit plutôt satisfait de la fournée 2019. "En qualité, on a eu un peu de soleil donc un taux de sucre important. En quantité, je pense que le bilan sera quand même positif, même si on a récolté un peu moins que l'année dernière." Le producteur estime le total de la récolte à 80 tonnes, à réévaluer à la fin de la période. 

Les bluets victimes de la sécheresse 

Yannick Jaeger nuance ce constat. Sur son exploitation, il a perdu près de 30% de fruits : "le manque d'eau, les grosses chaleurs, ça a fait du mal aux fruits ! Ils sont de bonne qualité, mais plus petits et plus fragiles à la récolte." Il qualifie cette édition de "pas terrible". La sécheresse inquiète aussi Lionel Ehrhart : "On est de plus en plus susceptibles de subir ces évènements. Il va falloir s'adapter et _investir dans des dispositifs de stockage d'eau_." Autre évolution à tenir, selon l'associatif : augmenter le nombre de producteurs de bluets. "On n'est pas assez nombreux pour répondre à toute la demande locale, alors on n'a pas vraiment la volonté de s'exporter dans d'autres régions. Certains le font, jusque dans certains pays limitrophes comme la Belgique." Mais le prix s'en ressent : selon lui, alors que les Lorrains achètent leurs pépites bleues à 8€ le kilo, dans d'autres régions elles atteignent 12 à 14€. 

Lionel Ehrhart espère que la qualité et l'attractivité du bluet des Vosges inciteront les jeunes agriculteurs à se rejoindre la vingtaine de producteurs vosgiens.