Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Bourges : une ferme urbaine en plein coeur de Bourges

-
Par , France Bleu Berry

Une ferme urbaine est en train de voir le jour en plein coeur de Bourges : la ferme des beaux regards. Un jeune couple de maraîchers va cultiver à partir de cet automne 2,5 hectares de terres sur le site de l'hôpital George Sand.

Dans quelques mois, des légumes pousseront sur ce terrain, non loin du centre de Bourges
Dans quelques mois, des légumes pousseront sur ce terrain, non loin du centre de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Une ferme bio évidemment, accompagnée d'un verger. Le couple louera ces deux parcelles à l'hôpital George Sand. Il n'y aura pas de culture hors sol. 

L'accès à la terre va être l'un des combats les plus importants au cours des prochaines années

Aurélien Chartendrault a eu beaucoup de mal à trouver des terres disponibles : elles sont d'autant plus rares qu'on est en secteur urbain, mais pour lui, c'est essentiel de produire à proximité des acheteurs potentiels : "On a mis un peu plus d'un an à rechercher des terres à Bourges. L'accès à la terre va être l'un des combats les plus importants au cours des prochaines années pour ramener les cultures au plus près des habitants. Déjà, cela limite l'empreinte carbone. Il faut aussi que les habitants voient comment tout cela est cultivé. C'est très important dans notre projet." 

Aurélien Chartendrault, futur maraîcher de la ferme des beaux regards, à Bourges
Aurélien Chartendrault, futur maraîcher de la ferme des beaux regards, à Bourges © Radio France - Michel Benoit

S'éloigner du système productiviste

Ce couple de maraîchers veut s'éloigner le plus possible du système productiviste. En témoigne ce verger d'un hectare qu'ils ont planté cet hiver : 70 arbres, pruniers, pommiers, poiriers. Des essences anciennes et locales. Des hautes tiges,rien à voir avec les arbres des vergers modernes : "Ce sont des arbres beaucoup plus résistants, détaille Aurélien Chartendrault. Ils auront également une grande longévité, jusqu'à une centaine d'années." Ces arbres plus grands compliqueront la cueillette. Les fruits pourront être ramassés au sol pour être transformés. 

Le verger compte 70 arbres, hautes-tiges
Le verger compte 70 arbres, hautes-tiges © Radio France - Michel Benoit

Dans quelques semaines, Aurélien devra défricher l'autre terrain d'un hectare et demi : c'est là qu'il cultivera ses légumes : "Pas de roundup évidemment. On va utiliser la technique de l'occultation. Cela consiste à disposer sur le sol des grandes bâches noires qui vont asphyxier les herbes folles. On laissera le terrain se reposer ainsi quelque temps . Notre objectif est de pouvoir planter dès l'hiver prochain." 

Ce terrain enherbé d'un hectare et demi accueillera ses premières cultures bio en début d'année prochaine.
Ce terrain enherbé d'un hectare et demi accueillera ses premières cultures bio en début d'année prochaine. © Radio France - Michel Benoit

Cagnotte participative

Ce terrain offre une vue superbe sur la cathédrale de Bourges, mais  Aurélien et sa conjointe, Adeline, n'auront sans doute pas le loisir d'en profiter. La vente se fera directement sur le parking au bord de la route. Il y a beaucoup de passage puisqu'une école, un collège et un lycée se situent à proximité. 

Les marais de Bourges ne convenaient pas à Aurélien : "Le souci, c'est qu'on ne pouvait pas trouver un terrain d'un hectare d'une seule pièce pour implanter notre verger. Et puis, en cas d'inondation, on risquait de perdre l'intégralité de nos cultures. On ne voulait pas prendre ce risque. Enfin, les serres sont interdites dans les marais de Bourges, qui sont classés." 

Il faudra donc amener l'eau sur ce terrain : une cagnotte participative est ouverte sur le site Blue Bees. L' objectif de 10.000 euros est pratiquement atteint.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu