Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Bourgogne : la Confédération Paysanne toujours mobilisée un an après la mort de Jérome Laronze

mercredi 25 avril 2018 à 15:06 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

Près d'un an après la mort de Jérôme Laronze en Saône-et-Loire, la Justice examinait ce mercredi 25 avril à Dijon, la demande de constitution de partie civile de la Confédération Paysanne. Une dizaine de ses militants en a profité pour se rassembler devant la Cour d'Appel.

Les militants de la Confédération Paysanne devant la Cour d'Appel de Dijon
Les militants de la Confédération Paysanne devant la Cour d'Appel de Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

Dijon, France

Il y a près d'un an,  le 20 mai 2017, Jérôme Laronze trouvait la mort au cours d'une altercation avec les gendarmes de Saône-et-Loire.  Il avait été tué par les tirs d'un militaire. Les forces de l'ordre intervenaient suite à un contrôle sanitaire en mai 2017.

Une interpellation qui a mal tourné

L’éleveur était recherché depuis le 11 mai 2017. Ce jour là, il avait pris la fuite suite à une visite des services vétérinaires dans son exploitation. Le 20 mai 2017, Jérôme Laronze avait à nouveau tenté d’échapper à une interpellation, les gendarmes avaient ouvert le feu. L'instruction se poursuit au tribunal de grande instance de Chalon-sur-Saône. Le gendarme, auteur du coup de feu, a été mis en examen pour « violence avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Il s'agit de déterminer si son tir s'inscrivait dans un cadre légal. Mais du côté du syndicat de la Confédération Paysanne, on s'interroge également sur le fait qu'un contrôle vétérinaire ait pu aboutir à un tel drame. Pour elle, il apparaît que son décès est lié à ses relations difficiles avec la direction départementale de la protection de la population (DDPP). Pour accéder au dossier, elle a donc décidé de se porter civile et reste mobilisée.