Infos

A Brest, la pêche à la coquille a démarré

Par Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel lundi 10 octobre 2016 à 19:22

Noël Uguen, à bord de Venus 2
Noël Uguen, à bord de Venus 2 © Radio France - Valérie Le Nigen

La saison de la coquille Saint-Jacques a démarré au large de Saint-Brieuc comme en rade de Brest. La pêche en baie de Saint-Brieuc proprement dit, commencera fin novembre. A Brest, c'est un soulagement pour la quarantaine de patrons de pêche qui travaillent la coquille.

Les deux dernières saisons ont été catastrophiques en raison d'une toxine. Il y a deux ans, toute la zone était contaminée. L' an dernier, la pêche a repris mais la vente a été réduite à une coquille décortiquée. Cette année, les patrons de pêche ont l'autorisation de draguer sur la zone de Roscanvel près de l'Ile Longue . Ils espèrent que les services vétérinaires vont donner leurs feux verts pour d'autres zones d'ici quelques jours.

Une douzaine de bateaux sur les quarante, sont déjà en pêche. Ce lundi matin, certains n'ont pas réussi à atteindre leurs quotas de 150 kilos en deux heures réglementaires. Philippe Perrotte, à la barre du Mabièle a réussi mais tout juste. A quai, il s'interroge : "c'est vrai qu'on aurait pu s'attendre à une meilleure pêche après avoir laissé reposer. Mais, les fonds sont aussi encombrés. Ca ira peut -tre mieux après quelques draguages".

Une coquille rare et chère

La quantité est faible mais les prix à la criée sont bons. Entre 6 et 7 euros le kilo. Les patrons s'y retrouvent. Pourquoi la coquille de Brest est-elle plus chère que celle de Saint Brieuc ? Yvon Troadec, à bord du Saphir, est convainquant : "elle est plus rare, meilleure, et le prix de licence est aussi plus cher. Nous payons 3.000 euros par an, alors qu'une licence en Côte d'Armor coûte dix fois moins. Ici à Brest, on ensème. A Saint-Brieuc, le gisement suffit. Et surtout, ce n'est pas le même produit."

Noêl Uguen, sur Venus 2, a les mots pour raconter : "La coquille de Brest est plus charnue, plus coraillée et elle réduit moins à la cuisson. Et puis, elle a le goût particulier de l'eau saumâtre de la rade."

Les gourmets le savent et il n'y en aura pas pour tout le monde dans les poissonneries....

Le Saphir d' Yvon Troadec - Radio France
Le Saphir d' Yvon Troadec © Radio France - Valérie Le Nigen

Partager sur :