Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Bretagne : "plus de sangliers" mais "moins de dégâts"

lundi 27 août 2018 à 5:05 Par Tudi Crequer, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Les sangliers font tous les ans beaucoup parler... Pourtant, si la population est en "hausse" dans la région, les destructions dans les champs seraient "en nette baisse". Un paradoxe qui s'explique.

Les cultures de maïs sont les cibles régulières des sangliers
Les cultures de maïs sont les cibles régulières des sangliers © Maxppp - Christian Watier

Lennon, France

"Oui, on en a vu encore. Moi, j'ai vu une mère avec ses 6 petits !" Thierry et Philippe se tiennent debout devant des parcelles de maïs à Lennon, près de Châteauneuf-du-Faou dans le centre Finistère. Tous deux sont paysans et possèdent une vingtaine d'hectares de maïs. Les épis sont en lait et bien juteux en ce moment et les sangliers en raffolent. "On verra à la récolte si il y a beaucoup de dégâts... mais bon, faut bien que tout le monde vive !" lance Philippe. "Il y a aussi les chevreuils, les blaireaux et puis aussi les ragondins, ils font autant de dégâts que les sangliers" renchérit Thierry.   

Plus de sangliers...   

Au niveau de la région le constat est "très net" selon André Douard, le président de la fédération régional de chasse. "L'abandon des fonds de vallées par le monde agricole, la maïsiculture intensive, la clémence de la météo qui ont fait que les glandais ont été très importantes cette année et l'année passée aussi. Toutes les conditions ont été réunies pour que le sanglier se reproduise naturellement. Et il l'a très bien fait !" renchérit Daniel Autret, le président finistérien de la fédération de chasse.   

Dans le Finistère plus de 900 sangliers ont été abattus sur la saison qui vient de s'écouler. Et, le constat est "partagé dans tous les départements bretons" précise André Douard. Il assure que les 50 000 adhérents de sa fédération font tout leur possible pour enrayer l’accroissement des populations de sangliers. "Il y a corrélation entre les prélèvements et l'augmentation."   

... mais moins dégâts  

Ce sont les fédérations de chasse qui gèrent le seul fond d'indemnisation pour les agriculteurs. Pour chaque bête abattue, le tireur paye une somme qui alimente ce fond. "Les dossiers dégâts concernant le sanglier sont en très nette diminution, affirme Daniel Autret. L'année dernière nous avions 53 dossiers, et cette année, on a 12 dossiers seulement. Mais bien sûr quand ça vous arrive, c'est un coup dur..."   

En ce moment le maïs est en lait et bien juteux et c'est souvent à cette période que les sangliers s'engouffrent dans les champs. Mais le président finistérien des chasseurs lance une prédiction : "il n'y aura pas plus d'une vingtaine de dossiers d'indemnisation au total. les chasseurs sont réactifs."

E BREZHONEG

Bet omp bet da gaozeal gant Jean-Jacques Morvan, chaseour eo abaoe 1976. Ezel eo deus kevredigezh chase parrez Plougoun, nebell deus Montroulez. Paotr Logivi-Plougraz a zispleg deomp penaos e vez graet evit mont da chaseal ar moc'h-gouez. 

Jean-Jacques Morvan, chaseour deus parrez Plougoun (7mn)