Agriculture – Pêche

Bretteville-sur-Odon : le supermarché de produits fermiers qui fait vivre les agriculteurs

Par Eric Turpin et Jean-Baptiste Menanteau, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) mercredi 24 août 2016 à 17:00

Le magasin « Goût et qualité » propose de la vente direct du producteur au consommateur depuis un an
Le magasin « Goût et qualité » propose de la vente direct du producteur au consommateur depuis un an © Maxppp - Jean Yves DESFOUX

Depuis un an, un supermarché pas comme les autres a ouvert ses portes à Bretteville-sur-Odon, près de Caen. Il vend uniquement des produits fermiers. Le supermarché garantit un prix de revient aux petits producteurs, qui y trouvent leur compte tout comme la clientèle.

Le supermarché fête bientôt son premier anniversaire. Le 2 septembre 2015, il ouvrait ses portes à Bretteville-sur-Odon, près de Caen. Une aventure pour Sébastien Olivier, son directeur. Après avoir passé une vingtaine d'années dans la grande distribution, il a tout plaqué pour ouvrir ce magasin d'un nouveau genre.

Dans les rayons, vous ne trouvez que des produits du terroir, des produits fermiers, issus de l'agriculture française et de la région. Il y a en tout 1 200 références. Cela va de la viande aux fruits et légumes, en passant par le fromage et la charcuterie.

Pour trouver le magasin « Goût et qualité », il faut connaître. Coincé au fond d'une zone industrielle, il fonctionne davantage par le bouche-à-oreille que par la publicité. Pourtant, il y a du monde et la clientèle est fidèle.

Je n'achète rien en grande surface

« Je préfère acheter des produits qui sont de la région, plutôt que d’acheter des produits comme le mouton qui vient de Nouvelle Zélande et qui est dégueulasse. Moi je n’achète rien en grande surface », explique Cédric, qui vient régulièrement ici faire ses courses.

Seul bémol, les prix restent en moyenne un peu plus cher qu'en grand surface. Gaëlle, autre cliente régulière, assume cette contrainte : «  Il y a des produits qui sont chers, donc c’est on va dire exceptionnel, si on veut se faire plaisir de temps en temps. On reste dans du local. On privilégie aussi les produits de la région. Ça fait travailler tout le monde et je trouve que c’est intelligent ».

Une rémunération équitable

Avec Sébastien Olivier, les petits producteurs gagnent leur vie. Le directeur du supermarché leur assure une rémunération équitable. Pour le lait, il leur verse 85 centimes par litres, soit 50 centimes de plus que le prix payé par les industriels. Même chose pour les autres produits.

« Quand on est sur la viande, par exemple, je garantis tout au long de l’année un prix de revient au producteur qui prend en compte ses coûts. A partir de là, il faut que le prix de vente aux consommateurs ne soit pas le prix d’une épicerie fine, mais le prix d’un commerce où on vient faire ses courses tous les jours », souligne Sébastien Olivier, qui travaille avec 120 producteurs.

Dégustations

Tous les samedis, certains se déplacent directement au magasin pour expliquer à la clientèle leurs méthodes de production, mais aussi pour proposer des dégustations. Un an après son ouverture, le supermarché se porte bien. Sébastien Olivier, son directeur, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Il prévoit d'ouvrir une boutique en ligne, voire un service de livraison à domicile.