Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Budget de la PAC : Bruxelles veut réduire les aides de 5%, "inenvisageable" pour la France

mercredi 2 mai 2018 à 21:56 Par Viviane Le Guen, France Bleu

La Commission européenne a plaidé mercredi pour une réduction de 5% du budget alloué à la politique agricole commune (PAC) dont la France est la principale bénéficiaire. Paris dénonce une baisse "aveugle" et "inenvisageable".

Un agriculteur de Saverdun (Ariège) laboure son champ (avril 2018).
Un agriculteur de Saverdun (Ariège) laboure son champ (avril 2018). © AFP - PASCAL PAVANI

C'est le premier poste de dépense de l'Union européenne (UE). 37% du budget européen est actuellement consacré à la Politique agricole commune (PAC). Mais cela va devoir changer a confirmé la commission européenne ce mercredi. Si elle reste "importante" pour Bruxelles, la Politique agricole commune (PAC) doit désormais faire de la place aux "nouvelles priorités" de l'UE comme la migration, la sécurité ou la défense.

"Le budget doit être vu dans le cadre du Brexit"

L'exécutif européen veut réduire "d'environ 5%" le budget alloué à agriculture pour la période 2021-2027. "Le budget doit être vu dans le cadre du Brexit" alors que le départ du Royaume-Uni va largement grever les recettes européennes estime le commissaire à l'Agriculture Phil Hogan.

La Commission propose de consacrer 265 milliards d'euros à la PAC entre 2021 et 2027 pour 27 Etats membres, contre 408,3 milliards actuellement à 28. La Commission promet que les paiements directs, qui assurent un revenu minimum aux agriculteurs et représentent actuellement 70% des dépenses de la PAC, diminueront au maximum de 3,9% dans le pire des cas. 

Une baisse "inenvisageable" pour la France

Inacceptable pour la France, principal bénéficiaire des aides directes (51,3 milliards d'euros pour le cadre financier 2014-2020). "Une telle baisse, drastique, massive et aveugle, est simplement inenvisageable" et "la France ne pourra accepter aucune baisse de revenu direct pour les agriculteurs", a déclaré le ministère de l'Agriculture via un communiqué.
 

Une colère partagée par Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, principal syndicat agricole français. "On dit que c'est -5% mais c'est -10% avec l'inflation. Face aux nouvelles priorités, c'est la politique agricole qui trinque alors qu'on lui demande toujours plus" a-t-elle dénoncé appelant Emmanuel Macron à un "sursaut".

De son côté, la Coordination Rurale, 2e syndicat agricole de France, estime qu'une baisse du budget de la PAC annonce "une augmentation inévitable de la précarité des agriculteurs, impensable compte tenu de leur situation déjà très difficile." Son président, Bernard Lannes, demande à la France "d'organiser d’urgence des États généraux de l’Alimentation européens pour une PAC 2020 efficace, qui protège et reconnaisse ceux qui nourrissent les citoyens européens et entretiennent leur environnement."
 

Le nouveau budget coïncidera avec une "nouvelle" PAC, "simplifiée et modernisée", pour laquelle la Commission doit présenter sa proposition officielle à la fin du mois.